NOUVELLES

Canada: l'essor récent du transport d'hydrocarbures par rail en Amérique du Nord

08/07/2013 04:58 EDT | Actualisé 08/07/2013 05:01 EDT
AP

L'explosion d'un convoi de wagons-citernes au Québec a braqué les projecteurs sur l'essor récent du transport d'hydrocarbures par rail en Amérique du Nord, au moment où l'industrie pétrolière se plaint du manque d'oléoducs pour écouler son brut vers les marchés.

Le convoi de la compagnie ferroviaire américaine The Montreal, Maine & Atlantic (MMA) qui a déraillé et explosé samedi en plein coeur de la ville de Lac-Mégantic, au Québec, comptait 72 wagons-citernes et se dirigeait vers une raffinerie de l'est du Canada en passant par l'Etat américain du Maine.

"Cela constitue le pire accident dans l'histoire du transport de brut par rail", a avancé lundi dans une note Benoît Poirier, analyste chez Desjardins.

Partout en Amérique du Nord, de plus en plus de pétrole est transporté par train alors que la production d'or noir est en forte hausse.

Au Canada, le transport de pétrole par rail a connu un développement spectaculaire ces dernières années, passant de 500 wagons en 2009 à environ 140.000 prévus en 2013, selon l'industrie. Aux Etats-Unis, ce nombre est passé de 9.500 en 2008 à 234.000 en 2012, chaque wagon contenant environ 714 barils de pétrole, selon l'Association américaine des chemins de fer.

Pour les producteurs, le rail représente un moyen flexible et abordable d'accéder à de nouveaux marchés, au moment où la construction de nouveaux oléoducs suscite l'opposition des écologistes, comme l'illustre le débat entourant le projet Keystone du groupe TransCanada entre l'Alberta et le Texas.

Bien que croissants, les wagons-citernes restent néanmoins marginaux face aux oléoducs: ils représentent 2% des livraisons au Canada, contre près de 10% aux Etats-Unis.

"les profits avant la sécurité"

En mai, le Premier ministre conservateur canadien Stephen Harper avait défendu la construction de l'oléoduc Keystone entre le Canada et les Etats-Unis en invoquant les risques du transport par rail.

"La seule question environnementale immédiatement en cause ici est si nous voulons augmenter le flux de pétrole provenant du Canada par oléoduc ou par rail, qui est un défi beaucoup plus grand pour l'environnement en termes d'émissions et de risques", avait-il dit dans un discours à New York.

L'accident de Lac-Mégantic fait suite à plusieurs autres déraillements mineurs cette année de convois de wagons-citernes partout en Amérique du Nord, dont un autre le mois dernier au Québec impliquant la même compagnie.

Cette tragédie a aussi fait ressortir une autre inquiétude: les wagons-citernes en cause dans l'accident avaient soulevé l'inquiétude des autorités américaines dès 1991.

Le type de wagons en question constituait pourtant 69% de la flotte en circulation aux Etats-Unis en 2011, selon un rapport officiel américain. A l'époque, une agence fédérale recommandait de renforcer la coque de ces wagons afin "de minimiser la gravité des accidents". Le Canada a depuis adopté une législation en ce sens, mais seulement lors de leur renouvellement.

"Au lieu de régler le problème, le gouvernement a permis aux compagnies pétrolières d'augmenter drastiquement le transport des hydrocarbures " par train, plaçant "les profits avant la sécurité", a accusé Greenpeace après la tragédie.

Pour une raison inexpliquée, le train qui a déraillé puis explosé samedi s'est élancé tout seul du haut d'une pente où il était à l'arrêt et alors qu'aucun conducteur ne se trouvait à bord. Il a terminé sa course à Lac-Mégantic, tuant au moins cinq personnes. Une quarantaine de personnes étaient toujours portées disparues lundi.

INOLTRE SU HUFFPOST

Explosion d'un train à Lac-Mégantic
Lac-Mégantic après la tragédie