NOUVELLES

Adaptation ardue

08/07/2013 08:34 EDT | Actualisé 07/09/2013 05:12 EDT

Contre toute attente, l'attaque des Alouettes de Montréal en arrache en ce début de saison.

Au rythme où il se fait frapper, c'est à se demander si Anthony Calvillo pourra terminer la saison sur ses jambes.

Le vétéran quart-arrière de 40 ans a déjà été plaqué 11 fois derrière la ligne de mêlée. C'est 10 sacs de plus qu'après 2 matchs la saison dernière...

Selon le général de l'attaque montréalaise, le match de jeudi a fait réaliser à plusieurs que le changement d'entraîneur de Marc Trestman à Dan Hawkins ne se ferait pas sans douleur.

« La frustration a monté parce que nous n'avons pas cru qu'il y aurait une période d'adaptation. Plutôt que de se plaindre, il faut faire notre travail. Je dois faire mon travail », a expliqué Calvillo.

Communiquer pour l'emporter

Les joueurs des Alouettes ont répété pendant le camp d'entraînement que l'attaque n'était pas vraiment transformée et que les changements seraient plutôt cosmétiques. Ils réalisent maintenant que le temps est venu de tourner la page.

« Nous n'avons pas posé assez de questions, a avoué Calvillo. Il faut tout passer au ralenti et s'assurer que chaque jeu est compris correctement. »

« Ce n'est pas si compliqué que ça, ce n'est pas du chinois, a dit le joueur de centre Luc Brodeur-Jourdain. C'est juste de réussir à tomber sur la même longueur d'onde que nos entraîneurs et de comprendre ce qu'ils veulent vraiment de nous. »

Nouveaux automatistes

Brodeur-Jourdain a donné un exemple des problèmes engendrés par le changement de langage utilisé par les nouveaux entraîneurs.

« Il y a deux ou trois situations dans le match pendant lesquelles je me suis questionné sur l'endroit où était mon porteur (de ballon). Et je ne veux pas me retourner pour vérifier dans le champ-arrière où est mon porteur! »

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Calvillo est un de ceux qui paye le plus cher pour l'apprentissage du nouveau cahier de jeux.

Au cours des dernières saisons, si le vétéran quart devait s'absenter, on savait à quoi s'attendre avec Adrian McPherson. Mais cette année, ce sera la surprise totale avec deux quarts-arrières recrues qui n'ont jamais joué dans la Ligue canadienne.

D'après un reportage de Jean St-Onge.

PLUS:rc