Le transport de pétrole par train a augmenté de 28 000 pour cent en cinq ans

Publication: Mis à jour:
LACMEGANTIC
PC

Une gigantesque hausse de 28 000 pour cent de la quantité de pétrole expédiée par train au cours des cinq dernières années au Canada fait l'objet d'une attention accrue à la suite du déraillement meurtrier survenu à Lac-Mégantic.

Les chemins de fer canadiens ont tenté de se présenter comme une solution de rechange abordable aux oléoducs politiquement impopulaires, comme le projet Keystone XL aux États-Unis.

L'Association des chemins de fer du Canada a récemment estimé que jusqu'à 140 000 wagons-citernes transportant du pétrole brut devraient circuler sur les rails du pays cette année, comparativement à seulement 500 en 2009.

Selon Peter Julian, porte-parole néo-démocrate en matière d'énergie, cette très forte augmentation est passée largement inaperçue parce que l'attention du public était tournée vers les débats sur les oléoducs.

En raison du développement des sources énergétiques non-conventionnelles, l'association s'attend à une croissance similaire au cours des prochaines années, soulignant que jusqu'à 600 barils de pétrole pouvaient être transportés par wagon.

«Les chemins de fer sont devenus une option complémentaire pour transporter du pétrole brut vers des raffineries situées près de cours d'eau favorisant l'accès par pétrolier, et qui ne sont pas actuellement desservies par oléoduc», a déclaré Michael Bourque, le président de l'association, dans un récent message publié en ligne avant la tragédie.

Selon lui, la raffinerie Irving au Nouveau-Brunswick est un bon exemple.

Irving a confirmé dans un communiqué que le convoi qui a explosé samedi devait se rendre à sa raffinerie.

Une série d'accidents et de déversements survenus au Canada et aux États-Unis au cours de la dernière année ont poussé M. Bourque à s'en prendre aux détracteurs, qui ont remis en question la sûreté du mode de transport, affirmant que leurs déclarations «n'étaient simplement pas vraies», et que le chemin de fer permettait d'acheminer des produits dangereux «99,9977 pour cent» du temps sans incident.

Le désastre de Lac-Mégantic est le quatrième impliquant du pétrole brut à faire l'objet d'une enquête depuis le début de l'année, selon le Bureau de la sécurité des transports.

La tragédie est survenue quelques semaines seulement après que le Parlement eut approuvé à l'unanimité de nouvelles normes en matière de sécurité et d'efficacité ferroviaire.

L'Association des chemins de fer du Canada soutient par ailleurs que le transport par train peut entraîner des économies de 30 pour cent, par envoi.

Jean-Paul Lacoursière, professeur d'ingénierie chimique à l'Université de Sherbrooke et expert en transport de matière dangereuses, soutient toutefois qu'il faut considérer davantage de facteurs lorsqu'il est question d'envisager l'utilisation des chemins de fer, plutôt que des oléoducs.

«L'état de la voie, la qualité des travaux d'entretien, les erreurs mécaniques — il faut tenir compte de toutes ces choses», a-t-il déclaré.

«Cela ne signifie pas que nous pouvons utiliser un vieil oléoduc sans évaluer les risques.»

«Mais si vous avez un bon oléoduc, il y a moins de risques.»

Chez Greenpeace Canada, on affirme que les normes de sécurité fédérales n'ont pas suivi l'énorme croissance du transport de pétrole par rail.

«Bien entendu, c'est une tragédie, mais nous pensons aussi que c'est un scandale», a déclaré Keith Stewart.

Selon M. Julian, le gouvernement Harper a largement abandonné l'inspection des chemins de fer, imposant des compressions allant jusqu'à 3 millions $, et permettant à l'industrie de s'auto-réglementer.

Interrogé sur la question du transport sur rail lors d'un passage à Lac-Mégantic, dimanche, le premier ministre Stephen Harper a affirmé que ce n'était pas le moment de commenter les causes de l'accident.

M. Harper a précisé qu'une enquête approfondie sera menée, et que le gouvernement agira en fonction des recommandations de celle-ci.

En attendant, il estime qu'il serait irresponsable de commenter la situation sans connaître d'abord les faits.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Explosion d'un train à Lac-Mégantic
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction