NOUVELLES

Stephen Harper compare le centre-ville de Lac-Mégantic à un site de guerre

07/07/2013 06:43 EDT | Actualisé 06/09/2013 05:12 EDT

LAC-MÉGANTIC, Qc - Le premier ministre Stephen Harper a affiché sa stupéfaction devant la tragédie qui a frappé la communauté de Lac-Mégantic samedi, et a assuré la population que le Canada entier pensait et priait pour elle.

«C'est vraiment comme un site de guerre. C'est incroyable. C'est difficile à imaginer si on n'est pas ici», a affirmé M. Harper, visiblement secoué, lors d'un bref point de presse tenu devant la polyvalente Montignac, transformé en centre d'hébergement peu avant 17 h.

«Évidemment, je sais que c'est très difficile pour cette communauté. Il y a encore des gens qui manquent, et nous nous inquiétons beaucoup à travers le pays. J'étais avec beaucoup de monde à Calgary hier soir, et il y a des personnes, des Canadiens à travers le pays, qui pensent à cette communauté. Cette communauté est dans les pensées et les prières des Canadiens», a confié M. Harper, visiblement secoué.

Avant de s'adresser aux médias, M. Harper s'est promené à l'intérieur de la polyvalente et quand il en est ressorti, il a consacré une bonne quinzaine de minutes à serrer des mains et à dialoguer avec des citoyens. Le premier ministre a dit avoir senti un sentiment de solidarité parmi la population. Il a quand même reconnu que les prochaines semaines seront lourdes à supporter pour les citoyens.

«Il y aura des périodes difficiles ici. Il y aura, je présume, une vague d'émotions pendant des semaines à venir. Mais l'humeur dans cette communauté, quand même, est très bonne, la solidarité de la population est bien évidente, les autorités municipales, provinciales et fédérales travaillent ensemble d'une belle façon et j'ai beaucoup confiance que cette communauté va se rebâtir.»

«Mais évidemment, il y aura des difficultés, a-t-il répété. Et je suis ici juste pour dire que nous comprenons très bien la douleur et que nous sommes avec vous.»

Interrogé sur les circonstances de l'accident, M. Harper a fait remarquer qu'il était essentiel de ne pas commenter à cet égard avant de recevoir tous les faits.

«Le Bureau de la sécurité des transports commence déjà une enquête et je présume qu'il y aura une enquête policière à cause des circonstances et des informations que nous avons reçues. Nous ferons une enquête complète et nous agirons sur les recommandations des enquêtes», a déclaré le premier ministre.

M. Harper a également refusé d'élaborer sur l'aide financière qui pourrait être accordée, se limitant à dire qu'il existe une loi au niveau fédéral pour fournir une aide immédiate sur de telles questions.

Également de passage à Lac-Mégantic pour exprimer son empathie envers la population, plus tôt en journée, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair s'est étonné du silence de la société ferroviaire Montreal, Maine & Atlantic, à qui appartenait le convoi.

«On aurait pu s'attendre à une réaction un peu plus active et les gens sont en droit de recevoir des réponses», a-t-il dit.

M. Mulcair a affirmé que la tragédie soulève des questions sur l'application des normes de sécurité dans le transport ferroviaire de produits dangereux en secteur habité.

«On a connu une augmentation fulgurante du transport par train de produits pétroliers au cours des dernières années, une des questions sera de savoir si l'encadrement de cette activité a connu un essor similaire pour permettre de protéger le public.»

PLUS:pc