NOUVELLES

Le Brésil veut des clarifications sur l'espionnage effectué par la NSA

07/07/2013 06:53 EDT | Actualisé 06/09/2013 05:12 EDT

PARATY, Brésil - Le gouvernement du Brésil se dit inquiet par la nouvelle selon laquelle les États-Unis auraient recueilli des informations sur des milliards de conversations téléphoniques et numériques au pays, a déclaré le ministre des Affaires étrangères du pays, qui a promis un engagement accru pour la protection internationale de la vie privée en ligne.

Des informations divulguées par la taupe de la NSA Edward Snowden révèlent que le nombre de conversations téléphoniques et de courriels enregistrés au Brésil par l'Agence de sécurité nationale, en janvier seulement, n'était pas très loin des 2,3 milliards d'enregistrements supposément réalisés aux États-Unis, a rapporté le quotidien O Globo, en fin de semaine.

Selon le ministre Antonio Patriota, le gouvernement brésilien a «réclamé des clarifications» via l'ambassade des États-Unis au Brésil, et celle du Brésil à Washington.

M. Patriota a également fait savoir que Brasilia en appellerait à l'ONU pour la mise en place de mesures «visant à contrer les abus et protéger la vie privée» des internautes, établissant ainsi des règles gouvernementales «pour garantir la cyber-sécurité qui protège les droits des citoyens et préserve la souveraineté de tous les pays».

Le Bureau du directeur des services américains de renseignement a publié un communiqué dans lequel est indiqué que Washington répondrait à ses alliés sur cette question, et qu'il avait été «clairement indiqué» que les États-Unis recueillaient des renseignements du «même genre que ceux récoltés par toutes les nations».

La réaction brésilienne s'ajoute à celles d'autres pays amis des États-Unis qui ont réagi négativement à la révélation de l'ampleur des efforts d'espionnage par Edward Snowden, dont l'Allemagne et la France.

L'article concernant le Brésil a été co-écrit par le journaliste américain Gleen Greenwald, responsable du scoop sur l'affaire Snowden dans le quotidien britannique Guardian.

Selon M. Greenwald, l'exemple brésilien n'est qu'un aspect de pratiques de surveillance à l'échelle mondiale.

L'article dans O Globo précise que la NSA a recueilli les données en profitant d'une association entre entreprises de télécommunications américaines et brésiliennes.

PLUS:pc