NOUVELLES

Égypte : la nomination de Ziad Bahaa Eldin comme premier ministre se précise 

07/07/2013 03:19 EDT | Actualisé 05/09/2013 05:12 EDT

Ziad Bahaa Eldin, un social-démocrate présenté comme un technocrate, pourrait être nommé premier ministre en Égypte. Mohamed ElBaradei pourrait quant à lui hériter du poste de vice-président, selon Ahmad Al-Mouslimani, porte-parole de la présidence.

Le parti salafiste Al-Nour, partenaire islamiste d'une coalition principalement composée de mouvements laïques, a annoncé qu'il s'opposait à la désignation de Ziad Bahaa Eldin à la tête du gouvernement.

Le même parti avait vivement réagi à une annonce faisant état d'une probable désignation de M. ElBaradei, ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la Paix comme chef du gouvernement.

Des centaines de milliers d'opposants à Mohamed Morsi étaient rassemblés dimanche à travers le pays notamment sur la place Tahrir au Caire. Le rassemblement se voulait une démonstration de force destinée à prouver que l'ex-président islamiste a été renversé par une révolution populaire et non un coup d'État.

Des avions de chasse survolaient le ciel de la capitale rasant les toits, lâchant derrière eux une fumée aux couleurs du drapeau égyptien.

Les partisans du président écarté par l'armée mercredi maintiennent une forte mobilisation dans la rue. Des milliers de manifestants sont encore sortis dimanche au Caire devant la caserne où serait détenu Mohamed Morsi.

La foule a scandé « Morsi, Morsi ! » et « Allah est grand! » devant les forces de sécurité déployées derrière un réseau de fils de fer barbelés.

« Nous ne partirons pas tant que Morsi ne sera pas de retour. Nous sommes prêts à mourir en martyrs », déclarait un manifestant en dénonçant le « coup d'État contre la démocratie ».

La situation demeure tendue, notamment près de la frontière avec la bande de Gaza et d'Israël, où des hommes armés ont attaqué dimanche matin quatre points de contrôle des forces de sécurité à Cheikh Zoueïd. On ne rapporte aucune victime.

Le groupe armé des djihadistes salafistes, opérant dans le Sinaï, a diffusé un communiqué menaçant les policiers et les militaires qui mènent la « répression » contre la population de la péninsule.

Le gazoduc qui relie l'Égypte à la Jordanie à travers le Sinaï a une nouvelle fois été endommagé par une explosion.

Les États-Unis et l'Union européenne ont exprimé leur inquiétude après la destitution de Mohamed Morsi sans toutefois condamner un « coup d'État » de l'armée.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé dimanche que l'Égypte risquait de sombrer dans la guerre civile. « La Syrie est déjà en proie à la guerre civile et l'Égypte prend le même chemin », a dit Poutine, cité par l'agence de presse RIA Novosti lors d'un déplacement à Astana, capitale du Kazakhstan.

PLUS:rc