Myriam Lefebvre Headshot

Festival de jazz 2013: Mother Mother, inarrêtable (ENTREVUE)

Publication: Mis à jour:
MOTHER MOTHER
Mother Mother. (Courtoisie) | Courtoisie

Mother Mother, inarrêtable? Pourquoi? Parce qu’on ne peut stopper cette formation britanno-colombienne dans sa mission de créer coup sur coup des mélodies accrocheuses. La tête dans les nuages, perdu sans réellement l’être, le chanteur du quintette, Ryan Guldemond a répondu à quelques questions du Huffington Post Québec relativement à son passage à Montréal dans le cadre du Festival international de jazz.

Toujours très peu loquace lors de ses entrevues, la tête forte du groupe s’est tout de même avouée très heureuse de prendre part au Festival, compte tenu de la qualité de l’organisation et bien sûr, du fait que cela lui fait traverser le pays. « C’est drôle, de nos jours, on ne fait plus trop attention aux appellations ‘jazz’ ou ‘blues’ accolées aux titres des festivals. Nous, ça ne change rien à notre performance », dit Guldemond d’entrée de jeu.

En effet, il n’y a rien à voir avec le jazz dans le cas de Mother Mother. Cela dit, la musique du groupe canadien a pris une tangente plus sombre et brute sur le dernier album où l’on entend quelques bonnes pièces progressives, le détachant peu à peu de son joli folk. The Sticks, sorti à l’automne 2012, avait été construit dans l’urgence de dire et de vivre. Au fil même de la tournée d’Eureka, présenté un an plus tôt, le leader du band avait ressenti le besoin d’entrer en studio le plus rapidement possible.

Ce soir, au Club Soda, les cinq musiciens tenteront ainsi de contenter leur public en lui présentant du matériel varié. « Si on ne se concentre que sur un disque, on a l’impression de négliger les autres. C’est comme un livre… On ne peut pas se concentrer que sur un chapitre », raconte-t-il en étirant lentement ses mots au téléphone.

LES TROIS QUESTIONS HUFFPOST

1. Quel artiste suggérez-vous aux Montréalais de découvrir durant le festival, mis à part vous?

R. The Specials

2. Nommez un lieu que vous avez aimez à Montréal.

R. Le Vieux-Montréal

3. Nommez un mot pour décrire votre œuvre.

R. Rupture de sens

À quand le prochain?

La question du prochain album se pose très bien lorsqu’on sait que la formation peut nous surprendre rapidement avec du nouveau matériel. Ryan Guldemond admet ne rien forcer pour l’instant. « On ne veut rien brusquer, mais on ne veut certainement pas flâner non plus. On ne veut pas accélérer notre processus créatif… Cela ne sert à rien que de forcer la créativité. Cela s’entend quand un artiste doit produire des pièces selon une date limite qui lui est imposée », pense-t-il.

Mother Mother accumule donc quelques compositions pour le moment. En entrevue, le chanteur insinuait avoir plusieurs morceaux lui mijotant en tête. Des écrits d’amour? Des textes plus engagés? « Je ne peux rien dire encore. Dans tous les cas, le contenu de mes paroles ne sera jamais fixé. Je laisse aller ma pensée et c’est pourquoi on a des chansons d’amour et des chansons plus engagées », explique-t-il.

Mother Mother – 7 juillet, 19h – Club Soda

EN VIDÉO:

EN IMAGES:

Close
Festival de jazz: 6 juillet 2013
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée