NOUVELLES

Écrasement à San Francisco: l'avion allait trop lentement à l'atterrissage

07/07/2013 03:55 EDT | Actualisé 06/09/2013 05:12 EDT

SAN FRANCISCO - L'enregistreur des conversations à bord du vol Asiana 214 révèle que l'équipage a reçu un avertissement de risque de décrochage en raison d'une vitesse insuffisante, et qu'il avait tenté d'accélérer avant de s'écraser, samedi, sur une piste de l'aéroport de San Francisco, selon une responsable américaine de la sécurité.

La présidente du Conseil national de la sécurité des transports (NTSB), Deborah Hersman, a déclaré lors d'une conférence de presse, dimanche, que l'enregistreur indiquait également que ce même équipage avait demandé l'annulation de l'atterrissage à environ 1,5 seconde de l'impact.

Mme Hersman a ajouté qu'au moment de l'écrasement, le Boeing 777 volait bien en-deçà de la vitesse cible d'atterrissage, soit 137 noeuds ou environ 250 km/h.

À Séoul lundi, par ailleurs, les responsables d'Asiana Airlines ont révélé que le pilote avait peu d'expérience aux contrôles d'un tel appareil et qu'il en était à sa première tentative d'atterrissage à l'Aéroport de San Francisco.

Selon Lee Hyomin, une porte-parole de la société aérienne, Lee Gang-guk tentait de s'acclimater avec le Boeing 777 au moment de l'atterrissage, samedi. Selon Mme Hyomin, le pilote avait accumulé près de 10 000 heures d'expérience à bord d'autres types d'avions, mais seulement 43 heures sur le 777.

Des médias d'État chinois ont identifié les deux morts comme étant deux adolescentes, âgées de 16 et 17 ans, de la province du Zhejiang. Au moins 70 étudiants et enseignants chinois se trouvaient à bord de l'avion et se rendaient dans des camps d'été, selon des autorités chinoises.

Par ailleurs, au moins deux des passagers blessés dans l'écrasement et ayant été soignés à l'Hôpital général de San Francisco, sont paralysés, tandis que deux autres ont subi des éruptions cutanées laissant croire qu'ils ont été traînés sur le sol, selon une docteure de l'établissement.

Lors d'une conférence de presse tenue dimanche, Margaret Knudson, chef du service de chirurgie de l'hôpital, a confié que certains médecins avaient aussi observé des blessures abdominales et des lésions orthopédiques, en plus de devoir traiter des traumatismes crâniens.

Selon la docteure Knudson, des passagers ont vraisemblablement subi de graves blessures abdominales et des fractures vertébrales après avoir été ballottés de l'avant vers l'arrière tout en étant retenus par leur ceinture de sécurité.

Rachael Kagan, porte-parole de l'hôpital, a fait savoir que l'établissement avait traité 53 personnes blessées lors de l'écrasement. En fin d'avant-midi, dimanche, 19 personnes s'y trouvaient toujours, dont un enfant. Six de ces personnes étaient dans un état critique.

La docteure Knudson a confié que toutes les personnes ayant parlé au personnel médical avaient précisé qu'elles occupaient des sièges à l'arrière de l'avion.

Le gouvernement sud-coréen a indiqué que sur les 291 passagers se trouvant à bord de l'avion, on comptait 141 Chinois, 77 Sud-Coréens, 61 Américains, trois Canadiens, trois Indiens, un Japonais, un Vietnamien et un Français. La nationalité des trois passagers restants n'a pas encore été confirmée.

PLUS:pc