NOUVELLES

Les Coyotes (canadiens) de l'Arizona

06/07/2013 08:20 EDT | Actualisé 05/09/2013 05:12 EDT

Les Coyotes de Phoenix, bientôt de l'Arizona, pourront bénéficier de la passion et du savoir-faire de deux Canadiens pour relancer leur concession.

Le groupe Renaissance Sports & Entertainment (RSE), prochain propriétaire de l'équipe, compte sur George Gosbee et Anthony LeBlanc, deux investisseurs qui proviennent du nord de la frontière américaine.

L'entérinement de l'entente avec la Ville de Glendale quant à la gestion du Jobing.com Arena n'a pas été de tout repos.

« Je travaille dans le milieu de l'investissement depuis 20 ans et ce fut la transaction financière la plus ardue sur laquelle j'ai œuvré, avoue George Gosbee. Un jour, on pense que la transaction sera conclue sans problème, mais le lendemain, on croit que ce ne sera pas le cas. »

Le vote du conseil municipal de mardi soir a été très serré. À 4 contre 3, les élus ont donné leur appui à RSE.

« Nous étions sûrs que nous avions assez de soutien du conseil municipal avant le vote, souligne tout de même Gosbee.

Après l'achat, la relance

Maintenant que Glendale s'est liée à RSE, les Coyotes pourront officiellement changer de main.

« L'achat du club était déjà confirmé par la LNH avant la tenue du vote, souligne Gosbee. Il ne reste plus qu'à conclure l'entente avec la Ville de Glendale, ce qui devrait prendre près d'un mois encore. »

George Gosbee croit fermement que les nombreux sièges vides au Jobing.com Arena sont causés par l'incertitude quant à l'avenir de l'équipe. Une situation qui peut être corrigée selon lui.

« Ce qui est bien avec la région de Phoenix, c'est qu'il s'agit d'une des plus populeuses des États-Unis. Elle compte également de nombreux Canadiens. Les matchs contre Vancouver, Edmonton et Calgary se vendent très bien. Et avec le nouveau format des divisions la saison prochaine, nous aurons davantage de ces matchs. »

De plus, RSE souhaite remplacer « Phoenix » par « Arizona » dans le nom officiel de la concession. La Ville de Glendale abonde aussi dans le même sens.

« Il y a plusieurs communautés qui soutiennent les Coyotes et nous voulons les rassembler, tout comme l'a fait l'Avalanche du Colorado », avance Gosbee.

« L'important est de transmettre un message de stabilité à la communauté et aux partisans, ce qui engendrera davantage de revenus par rapport à la période où la LNH était propriétaire de l'équipe. »

Les Coyotes plus forts que jamais

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les Coyotes ont été très actifs dans l'entre-saisons. Non seulement ils ont acquis Mike Ribeiro sur le marché des joueurs autonomes, mais ils ont aussi renouvelé les contrats du gardien Mike Smith, de l'entraîneur Dave Tippett et même du directeur général Dan Maloney.

George Gosbee ne s'en cache pas, RSE a pris part aux discussions.

« Nous adorons Dan Maloney, Dave Tippett et Mike Smith. Nous souhaitions vraiment que ces trois hommes fassent partie de l'aventure. Nous nous sommes assuré que ce soit le cas pendant les négociations entre l'équipe et la LNH. »

Québec devra attendre

L'issue des Coyotes est désormais scellée, du moins, pour quelques années. Québec, qui était en lice pour accueillir l'équipe en cas d'échec des négociations, devra finalement attendre son tour.

George Gosbee, bien au fait de cette situation, considère cependant que la Vieille Capitale constitue un endroit incontournable pour la LNH.

« En tant que Canadien, j'espère qu'il y aura d'autres équipes canadiennes. Je ne peux toutefois pas parler au nom de la LNH ni en tant que gouverneurs puisque je ne fais pas partie du bureau. Mais en tant que partisan, j'espère voir une équipe à Québec bientôt! »

Un appui de taille d'un futur propriétaire qui siègera au bureau des gouverneurs de la LNH. Ironiquement, Gosbee pourrait éventuellement mousser la candidature de Québec auprès de Gary Bettman!

(Avec la collaboration de Jacques-Alexis Bernardin)

PLUS:rc