Environnement Québec, la Sûreté du Québec, la Croix-Rouge et la mairie de Lac-Mégantic sont à pied d'oeuvre afin de venir en aide aux résidents de la communauté locale durement touchée par la catastrophe ferroviaire.

La mort d'une personne a été confirmée en point de presse par le lieutenant Michel Brunet de la Sûreté du Québec, qui a ajouté que « plusieurs » résidents manquaient à l'appel. Les sources de Radio-Canada font état d'une soixantaine de disparus. L'identité de la victime n'a pas été révélée car la famille n'a pas encore été avisée.

Un poste de commandement a été installé à la polyvalente Montignac. Des bénévoles de la Beauce, de Sherbrooke et de la Croix-Rouge sont sur place. En entrevue, le directeur de la Croix-Rouge, Michel Léveillé, a précisé le rôle de son organisme : « nos responsabilités sont de coordonnées l'inscription du centre d'hébergement, on offre de l'aide de première nécessité, des trousses d'hygiène, ce sont nos mandats [...] les gens ont dû bouger rapidement et ils ont besoin de réconfort ».

Une unité mobile a transporté 750 lits et des bénévoles préparent un dortoir dans le gymnase de la polyvalente et un service de repas est disponible. Plus de 500 personnes se sont enregistrées pour avoir des services. Environ 150 personnes vont passer la nuit à la polyvalente.

Interruption de l'alimentation en eau potable

En soirée, samedi, les autorités municipales ont été forcées d'interrompre l'alimentation en eau potable à cause du bris d'une conduite d'eau de 15 centimètres de diamètre près du lieu de l'incendie. La fuite d'eau a provoqué une baisse rapide du niveau des réservoirs.

Quatre camions-citernes sont arrivées à Lac-Mégantic en fin de soirée pour permettre aux résidents de s'approvisionner en eau potable. Deux d'entre eux seront mis à la disposition des résidents, l'un dans le secteur Fatima, l'autre, dans le secteur nord. Les deux autres citernes serviront à ravitailler l'hôpital et la polyvalente Montignac, transformée en centre d'hébergement.

La fuite d'eau ne nuit pas aux efforts des pompiers, puisque ceux-ci s'alimentent à même le lac Mégantic.

Déversement de pétrole

Urgence-environnement a dépêché une vingtaine de personnes sur les lieux pour gérer la catastrophe environnementale.

Une grande quantité de pétrole s'est répandue dans le lac Mégantic et dans la rivière Chaudière, où une dizaine de municipalités s'approvisionnent en eau potable. Pour l'instant, on ne fait état d'aucune contamination des réserves d'eau.

Une interdiction de navigation est en vigueur sur la rive est du lac Mégantic, et des équipes s'affairent à pomper les hydrocarbures qui se sont déversées dans le lac. Les autorités demandent aux résidents d'économiser l'eau pour aider le travail des pompiers.

Les autorités provinciales surveillent aussi la qualité de l'air et de l'eau autour de Lac-Mégantic. 

Un laboratoire mobile d'évaluation de la qualité de l'air (TAGA) a permis de déceler des niveaux élevés de contaminants dans l'air, ce qui a entraîné l'évacuation d'un millier de résidents du secteur Fatima, au centre-ville.

Pauline Marois sur place

En point de presse, la mairesse Colette Roy-Laroche a déclaré que tous travaillaient ensemble pour aider les citoyens. La première ministre du Québec, Pauline Marois, a survolé les lieux de la catastrophe en début de soirée. Elle a indiqué qu'un « sentiment de profonde désolation l'avait habitée » et elle a promis tout le soutien de son gouvernement à la population.

Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, et son collègue à la Santé, Réjean Hébert, sont aussi sur place.

Le député de Mégantic-L'Érable, Christian Paradis, s'est dit : « abasourdi [...] sans mot devant la tragédie. » Il doit rencontrer les différents intervenants et a ajouté qu'il allait s'assurer « que la ville puisse avoir accès à toute l'aide disponible du gouvernement fédéral. »

Le BST fera enquête

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada sont arrivés à Lac-Mégantic pour tenter de faire la lumière sur la catastrophe.

« À ce moment-ci, la priorité est de laisser les premiers intervenants faire leur travail » a déclaré Glen Pilon, enquêteur au BST. « Dès que nous pourrons, nous nous rendrons sur les lieux et nous débuterons (sic) notre collecte de données »

La priorité des enquêteurs sera de retrouver les enregistreurs de paramètres, les fameuses « boîtes noires », qui révéleront à quelle vitesse roulait le train et si les freins étaient en fonction.

Réaction de l'entreprise

Le train est la propriété de la compagnie américaine Montreal, Maine and Atlantic Railway. Sur son site Internet, la compagnie dit posséder des routes de chemin de fer au Maine, au Vermont et au Québec. Elle possède 26 locomotives et emploie 170 personnes.

La compagnie dit souhaiter apporter son soutien aux sinistrés et à la population de Lac-Mégantic.

À lire aussi :Explosions à Lac-Mégantic : un mort confirmé



Loading Slideshow...
  • Vigile du 12 juillet à Lac-Mégantic

  • Vigile du 12 juillet à Lac-Mégantic

  • Vigile du 12 juillet à Lac-Mégantic

  • Vigile du 12 juillet à Lac-Mégantic

  • La mairesse Colette Roy-Laroche

  • Le drapeau canadien en berne en mémoire des victimes

  • La mairesse Colette Roy-Laroche parle aux médias

  • Edward Burkhardt

    Des citoyens en colère invectivent le président de Rail World Inc. Edward Burkhardt, lors de son passage à Lac-Mégantic le 10 juillet.

  • Ed Burkhardt

    Le président de Rail World Inc., Edward Burkhardt, s'adresse aux médias à Lac-Mégantic, le 10 juillet.

  • Ed Burkhardt

    Le président de Rail World Inc., Edward Burkhardt, s'adresse aux médias à Lac-Mégantic, le 10 juillet.



Loading Slideshow...