NOUVELLES

La Française Marion Bartoli remporte Wimbledon face à Sabine Lisicki

06/07/2013 10:44 EDT | Actualisé 05/09/2013 05:12 EDT

WIMBLEDON, Royaume-Uni - L'un des tournois de Wimbledon les plus étranges de tous les temps a engendré l'une des championnes les plus excentriques de l'histoire — Marion Bartoli —, qui a remporté une finale difficile à regarder tandis que la finaliste passait proche de fondre en larmes même si le match était toujours en cours.

Bartoli, 15e tête de série, a facilement défait l'Allemande Sabine Lisicki, en deux sets de 6-1 et 6-4. La Française a ainsi gagné un premier titre du Grand Chelem en carrière, à sa 47e participation dans un tournoi majeur.

«J'ai rêvé de ce moment pendant si longtemps», a dit Bartoli en entrevue quelques minutes après avoir triomphé de Lisicki.

Cette dernière, 23e tête de série, en était à sa première finale d'un tournoi majeur.

Bartoli a d'ailleurs tenu à adresser quelques mots à l'Allemande, qui tremblait et pleurait sans arrêt.

«J'étais ici en 2007 et j'avais raté mon coup», a dit Bartoli, qui fut finaliste aux dépens de Venus Williams cette année-là. «Je sais comment tu te sens, Sabine, et je suis certaine que tu reviendras en finale. J'en suis persuadée.»

Certes, la Française a joué la carte de la joueuse expérimentée. Après avoir perdu son service avec deux doubles-fautes au premier jeu, elle a remporté 11 des 12 jeux suivants.

Lisicki tirait de l'arrière 1-5 et 15-40 au deuxième set, mais elle a orchestré une remontée qui semblait sortir du champ gauche — c'était assez inattendu, surtout qu'elle avait essuyé quelques larmes sur le terrain plus tôt dans la rencontre.

«J'étais simplement déçue par la situation, mais je dois donner le crédit à Marion», a confié Lisicki. «Elle s'est retrouvée dans cette situation auparavant et elle l'a bien négociée cette fois-ci.»

Lisicki a préservé trois balles de match et s'est approchée à 4-5.

Mais après un changement de côtés plutôt tendu, Bartoli a servi pour le match à zéro. Elle s'est alors effondrée au sol, après avoir réussi un as sur sa balle de match, et elle s'est ensuite dirigée vers le mur d'une loge où elle a grimpé pour rejoindre la championne du tournoi en 2006 Amélie Mauresmo — la dernière Française à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem — ainsi que des amis et des proches.

«Peut-être avec un revers gagnant, mais pas avec un as», a mentionné Bartoli à propos du coup qu'elle croyait devoir exécuter pour savourer son premier titre en carrière à Wimbledon. «J'ai pratiqué mon service pendant tellement de temps. Au moins, je l'ai gardé pour le meilleur moment.»

Il s'agissait du premier titre de Bartoli depuis 2011 et, à 28 ans et neuf mois, elle est devenue la cinquième joueuse la plus âgée à remporter un tournoi majeur depuis l'instauration du Grand Chelem.

En finale du double, Hsieh Su-wei et Peng Shuai ont triomphé 7-6 (1), 6-1 contre le duo australien formé d'Ashleigh Barty et Casey Dellacqua.

Les frères Bryan passent à l'histoire

En fin de journée, les frères Bryan ont complété leur Grand Chelem en triomphant en finale du double à Wimbledon. Les jumeaux Mike et Bob Bryan ont remporté leur quatrième titre majeur de suite en disposant d'Ivan Dodig et Marcelo Melo 3-6, 6-3, 6-4, 6-4.

Les Américains ont savouré leur 15e titre majeur en carrière et sont devenus le premier duo masculin depuis l'instauration du Grand Chelem à être champion en titre des quatre tournois majeurs en même temps. Ils sont également les premiers à avoir remporté les quatre tournois du Grand Chelem ainsi qu'une médaille d'or olympique.

S'ils triomphent aux Internationaux des États-Unis en septembre, ils rejoindront alors Ken McGregor et Frank Sedgman, qui ont formé le seul autre duo masculin à avoir complété un Grand Chelem. Les Australiens avaient accompli cet exploit en 1951, soit 17 ans avant la naissance du Grand Chelem.

Les frères Bryan ont rapidement accusé un déficit de 0-5 et ont laissé filer le premier set, mais ils sont venus de l'arrière et ont savouré une 24e victoire consécutive.

PLUS:pc