NOUVELLES

Lisicki tentera de faire fi de ses allergies lors de la finale contre Bartoli

05/07/2013 12:02 EDT | Actualisé 04/09/2013 05:12 EDT

LONDRES - Sabine Lisicki est allergique à Wimbledon, en quelque sorte.

Pas le site situé dans le sud-ouest de Londres, et pas le All England Club en tant que tel. Mais elle a la fièvre des foins, ce qui la rend hypersensible au gazon qui fait la renommée du tournoi.

Son mal, évidemment, ne l'empêchera pas de disputer la finale du tableau des dames de Wimbledon, samedi, quand Marion Bartoli ou elle signera sa première victoire en carrière dans un tournoi du Grand Chelem.

«J'ai appris à faire avec, a dit la joueuse de tennis de 23 ans, vendredi, de sa fièvre des foins. La première fois que je suis venue ici, il y a environ cinq ans, j'ai vraiment eu de la difficulté avec les allergies. Mais je sais quoi faire maintenant, quoi prendre pour calmer les allergies. Je prends un médicament.»

Elle saura aussi quoi faire au chapitre du tennis, quand viendra le moment de fouler le terrain impeccablement entretenu du court central.

Jeudi, l'Allemande qu'on a établie 23e tête de série du tournoi a effacé un déficit de 3-0 au troisième set, vaincu Agnieszka Radwanska et atteint sa première finale dans un tournoi majeur. Elle a également réussi un retour en force au quatrième tour, quand elle a éliminé la championne en titre Serena Williams.

«J'ai affronté plusieurs défis en route vers la finale, avec des joueuses qui étaient combatives, des joueuses qui étaient solides, qui bougeaient très bien, a noté Lisicki. Alors ce sera un autre défi.»

Ce sera seulement la deuxième fois depuis le début de l'ère des omniums, amorcée il y a 45 ans, que deux femmes n'ayant jamais remporté une épreuve du Grand Chelem s'affronteront en finale au All England Club. Et bien malin qui pourra déterminer laquelle des deux a l'avantage.

Bartoli s'est déjà retrouvée dans un tel contexte, ayant participé à la finale de Wimbledon en 2007. Elle a alors perdu devant Venus Williams. Elle n'a pas perdu un set jusqu'ici cette année, ayant remporté chacun de ses six matchs en manches consécutives. Sauf que Lisicki a une fiche de 3-1 contre Bartoli, y compris une victoire à Wimbledon il y a deux ans quand l'Allemande a atteint les demi-finales.

«Une finale du Grand Chelem, c'est toujours une question de détails. Peut-être un point ici, un point là feront la différence, a souligné Bartoli qui, à 28 ans, a maintenant beaucoup plus d'expérience qu'à sa première présence en finale. Peut-être la joueuse qui prend un petit risque de plus que l'autre, ou celle qui connaîtra un meilleur jour que d'habitude, aura le dessus.

«Sabine a assurément un service plus solide que le mien, surtout le premier service, a ajouté Bartoli. Je pourrais choisir de frapper la balle un peu plus tôt.»

PLUS:pc