NOUVELLES

L'ilôt Voyageur sera transformé en logements et condos, avec la gare à l'AMT

05/07/2013 08:39 EDT | Actualisé 04/09/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - La première ministre du Québec, Pauline Marois, a confirmé vendredi la résurrection du site de l'ilôt Voyageur, où 700 logements et condominiums seront offerts par un promoteur privé, notamment.

En 2010, la Société immobilière du Québec avait dû se porter acquéreur du site pratiquement laissé à l'abandon. Les actifs ont été mis en vente à l'été 2012 et, à l'issue d'un processus rigoureux, a assuré Mme Marois, c'est l'entreprise Aquilini Investment Group qui a été choisie.

Ainsi, Aquilini achète les structures inachevées, le stationnement de 600 places, les locaux de la gare d'autocars _ qui est en exploitation depuis quelque temps déjà _ ainsi que des droits qui permettront de nouvelles constructions.

La transaction est évaluée à 45,5 millions $. Mais Aquilini prévoit investir plus de 150 millions $ dans son projet immobilier.

L'ilôt Voyageur est resté un symbole de mauvaise gestion des fonds publics, en plus de représenter une cicatrice au coeur de Montréal, juste à côté de l'Université du Québec à Montréal et de la Grande bibliothèque.

«C'est 250 millions $ qui ont été investis à perte, finalement, dans ce projet. Comme nous faisons un certain gain par la vente actuelle d'une partie de l'actif, au net, c'est quand même 225 millions $ qui ont été engloutis dans ce projet et qui sont perdus pour les Québécois», a déploré la première ministre.

L'exploitation de la gare sera transférée à l'Agence métropolitaine de transport.

Le groupe UTILE (Unité de travail pour l'implantation de logement étudiant), qui militait pour y voir construire une résidence pour étudiants, bénéficiera plutôt d'un projet pilote de 2 millions $ pour une résidence étudiante communautaire ailleurs dans le Quartier latin.

Le vice-président des opérations d'Aquilini, Jocelyn Lafond, estime que l'édifice est en assez bon état, bien qu'il ait été négligé, au fil des ans, à cause des problèmes financiers qui ont plombé le projet de départ.

«La condition de la structure — on en a fait des analyses et il y avait des rapports disponibles — il y aura des travaux pour corriger, s'il y a lieu», a précisé M. Lafond.

Il prévoit que la construction débutera au printemps 2014. Les résidants du premier édifice pourraient habiter leur logement en juillet 2015, sur Berri. Les logements et condos dans les autres édifices sur les autres rues du quadrilatère suivront.

Par ailleurs, il y a un an et demi, il avait été question, sous l'ancien gouvernement libéral, d'implanter un campus de santé publique dans la portion sud-ouest du quadrilatère. Ultimement, la Direction de la santé publique, l'Institut national de santé publique et l'Agence de la santé et des services sociaux devaient y emménager.

Cette idée n'est pas exclue, a répondu la première ministre Marois. Cela fera partie de l'ensemble des hypothèses qui seront évaluées, a-t-elle fait savoir.

PLUS:pc