NOUVELLES

La police cible les motocyclettes bruyantes

05/07/2013 01:19 EDT | Actualisé 03/09/2013 05:12 EDT

La police de Québec a mené une opération dans le secteur du stade municipal, vendredi, afin de repérer les motocyclettes dont le nombre de décibels émis dépasse la limite permise.

Le service de police de Québec participe au projet-pilote lancé en mai dernier par la Société de l'assurance automobile du Québec, qui vise à réduire le nombre de motocyclettes bruyantes sur les routes. Des sonomètres ont été fournis à une quinzaine de corps policiers dans la province. À Québec, 18 agents ont été formés pour utiliser le sonomètre.

Québec en est à sa troisième opération sur son territoire. Vendredi, trois motocyclistes ont été interceptés et un a reçu une contravention. Depuis juin, une dizaine de constats d'infraction ont été remis.

La limite de bruit permise pour les motocyclettes est de 100 décibels. Cependant, en raison de la marge d'erreur du sonomètre, les agents tolèrent jusqu'à 102 décibels. Les motocyclistes fautifs s'exposent à des amendes de 161 $.

Un des motocyclistes interceptés vendredi, Daniel Couture, respectait la limite, mais il estime que le bruit causé par les motocyclistes confère une sorte de sécurité. « Le monde t'entend. Quand tu passes à côté, ils t'entendent venir et je trouve ça plus sécuritaire et j'aime mieux le son que ça fait aussi. Une Harley pas de son, ce n'est pas beau » dit-il.

Le capitaine de la police de Québec Claude Lefebvre explique qu'une moto bruyante n'augmente pas la sécurité des motocyclistes « C'est un faux sentiment de sécurité, ça ne sécurise pas plus. Même, il y a des gens qu'au contraire, ça peut les rendre plus nerveux parce que la moto va arriver à la dernière minute, ils vont faire un saut et peuvent avoir une réaction aussi négative. »

D'autres opérations policières pour vérifier le nombre de décibels émis par les motocyclettes sont prévues tout au long de l'été.

PLUS:rc