NOUVELLES

Qui sont les présumés terroristes britanno-colombiens ?

04/07/2013 04:09 EDT | Actualisé 03/09/2013 05:12 EDT

VANCOUVER - Pour les gens qui connaissaient les deux Canadiens accusés d'avoir voulu commettre un attentat à l'explosif lors des célébrations du 1er juillet près de la législature britanno-colombienne, il s'agit simplement de deux «marginaux» aux prises avec des dépendances et vivant dans la pauvreté, mais qui semblaient vouloir se reprendre en mains.

Sauf qu'à un certain moment, allègue la Gendarmerie royale du Canada (GRC), John Nuttall et Amanda Korody ont dévié de cette voie, se sont convertis à l'islam, et sont devenus les plus récents suspects d'origine canadienne qui auraient comploté pour commettre un acte terroriste au pays. Ils sont désormais accusés d'avoir tenté de tuer des compatriotes en élaborant un plan inspiré d'Al-Qaïda.

Les deux accusés ont été arrêtés le 1er juillet, jour où l'attentat devait avoir lieu, médusant amis et proches qui ne peuvent s'expliquer comment ce couple tranquille «au grand coeur» pouvait s'être transformé en duo terroriste présumé.

Nuttall et Korody, âgés de 38 et 29 ans, étaient arrivés à Vancouver il y a plus de trois ans pour quitter le milieu de la drogue de la capitale de Colombie-Britannique, Victoria, a indiqué Ashley Volpatti, qui habitait tout près de chez eux. Nuttall avait accumulé une série de condamnations criminelles à Victoria pour agression et d'autres accusations liées à la drogue.

Aucun des deux ne travaillait, vivant de l'aide sociale et empruntant occasionnellement de l'argent pour payer le loyer et joindre les deux bouts, a déclaré leur propriétaire.

Et puis, le couple a soudainement coupé tous liens il y a six mois, selon Mme Volpatti.

Nuttall et Korody vivaient dans un petit deux pièces au sous-sol d'une maison dans un quartier résidentiel de Surrey, à environ 30 kilomètres au sud-est de Vancouver.

Des enquêteurs ont fouillé la maison lundi et mardi, mais la police était également dans ce secteur de la ville il y a environ un mois.

La propriétaire et un voisin ont indiqué qu'en juin, les autorités ont bouclé tout le quartier et mis en garde les résidants contre la possibilité qu'un véhicule puisse contenir des explosifs et des produits chimiques.

Au dire de la police, les deux accusés n'étaient liés à aucun groupe à l'étranger, mais la propriétaire ignore comment le couple frappé par la pauvreté aurait pu financer le présumé complot.

Stefano Pasta, qui a été ami avec Nuttall durant ses années d'adolescence, ne peut imaginer comment le musicien amateur marginal pourrait être le cerveau derrière un tel complot. Selon lui, Nuttall était un marginal, par ailleurs très fidèle en amitié, et un gars bien ordinaire.

Korody, elle, a été décrite comme une femme timide et tranquille par sa propriétaire, qui l'a déjà vue portant la burka.

PLUS:pc