NOUVELLES

Le Parti conservateur voulait payer les dépenses de Duffy mais a changé d'idée

04/07/2013 11:56 EDT | Actualisé 03/09/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Des enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) soutiennent que le Parti conservateur avait l'intention de rembourser les allocations de logement réclamées de façon irrégulière par le sénateur Mike Duffy avant de changer d'idée après avoir découvert que le montant à payer était trois fois plus élevé que ce qu'il avait anticipé.

C'est du moins ce qu'ont rapporté des médias jeudi soir.

Selon des documents judiciaires cités dans les reportages, Nigel Wright, alors chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, a décidé de personnellement remettre 90 000 $ à M. Duffy afin qu'il rembourse le Sénat, croyant qu'il s'agissait de «la décision éthique à prendre pour que les contribuables ne soient pas privés de cette somme d'argent».

Les documents font partie d'une liasse d'information fournie par la GRC à un juge de l'Ontario le mois dernier dans le cadre d'une enquête sur M. Duffy.

Les documents dévoileraient quelques détails de l'entente avec M. Wright, qui ne s'attendait pas à être remboursé : M. Duffy devait rembourser le Sénat «immédiatement» et «d'arrêter d'en parler aux médias».

Les documents, qui relatent des conversations entre des enquêteurs et des avocats de M. Wright, soutiennent aussi que d'autres personnes du Bureau du premier ministre, en plus de M. Wright, étaient au courant de l'entente. Stephen Harper n'était pas l'une d'elles.

Selon des reportages, les documents montrent que M. Duffy fait l'objet d'une enquête de la GRC en lien avec des allégations d'abus de confiance et de fraude envers le gouvernement.

À l'origine, les documents avaient été scellés par un juge de la cour d'Ontario, mais le réseau CTV et le quotidien The Globe and Mail ont fait une demande pour qu'ils soient rendus publics afin d'en rapporter le contenu.

M. Wright a remis sa démission du poste de chef de cabinet de Stephen Harper, en mai, après avoir admis son paiement personnel à M. Duffy.

M. Harper a toujours affirmé que M. Wright lui a fait part de ce «cadeau» seulement après que le geste eut été révélé publiquement.

PLUS:pc