NOUVELLES

L'attaque des Alouettes est pitoyable dans un revers de 19-11 contre les Bombers

04/07/2013 10:18 EDT | Actualisé 03/09/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Si de gagner la bataille des revirements vous garantit habituellement la victoire, on peut dire que les Alouettes de Montréal ont été l'exception confirmant la règle, jeudi. L'attaque a été absolument atroce, ne profitant pas des cinq revirements que lui ont offert sa défense et ses unités spéciales pour s'incliner 19-11 devant les Blue Bombers de Winnipeg.

«Notre attaque a offert une performance dégoûtante, point à la ligne», a lancé un Anthony Calvillo en furie dans le vestiaire. «Les joueurs, le personnel d'entraîneurs... tout a été dégoûtant.

«Il faut donner crédit aux Blue Bombers, ils ont bien joué. Mais on doit être meilleurs dans toutes les phases du jeu. C'est incroyable à quel point nous avons offert une mauvaise performance.»

L'entraîneur-chef, Dan Hawkins, était non seulement d'accord avec son vétéran quart-arrière, mais il a pris une grande part du blâme pour cette gênante performance.

«Ça a été difficile, on n'a jamais trouvé notre rythme, a-t-il d'abord analysé. Rien n'a fonctionné, et ça commence avec moi. Je dois être mieux préparé. Ça commence avec moi», a-t-il répété.

Le quart substitut des Bombers (1-1) Justin Goltz a marqué les deux touchés des visiteurs, sur des courses de quatre et une verge. Justin Palardy a complété avec deux placements. S.J. Green, avec 2:10 à faire dans la rencontre, a marqué l'unique touché des Alouettes (1-1), sur un jeu de 17 verges. Sean Whyte a ouvert la marque avec un placement de

Si l'offensive des Alouettes n'a pas été en mesure de convertir ses occasions, l'attaque des visiteurs a été beaucoup plus opportuniste, marquant le touché qui a fait la différence au quatrième quart, sur la première de deux interceptions de Calvillo, celle de Desia Dunn.

Même avant cette interception qui a sonné le glas des Alouettes — et poussé vers la sortie une grande partie des 22 134 spectateurs — l'attaque et Calvillo avaient connu une difficile soirée. Le vieux quart des Alouettes a été rejoint pas moins de sept fois derrière sa ligne de mêlée, dont trois fois par Bryant Turner.

«J'ai hâte de revoir le film, car sérieusement, ce n'est pas une équipe qui a utilisé le blitz souvent, a indiqué le centre Luc Brodeur-Jourdain. Pour ma part, je suis capable d'en prendre trois à ma charge. Je pense que je n'ai pas regardé au bon endroit tout simplement. J'aurais dû venir en appui à (Andrew) Woodruff au moins en deux occasions et une autre fois à Scott Flory, sur le dernier jeu.»

Pressé de la sorte, Calvillo n'a complété que 16 de ses 28 passes, pour 135 verges de gains, dont 60 seulement sur la poussée tardive qui a mené au touché de Green. Pendant ce temps, Buck Pierce (19 en 31, une interception) a amassé 257 verges par la voie aérienne.

Malgré trois revirements et quatre sacs contre Pierce, les Alouettes ont été absolument horribles en première demie et même s'ils n'ont pas été bien plus brillants, les Bombers sont rentrés au vestiaire avec une avance de 8-3.

Dès la première possession des Bombers, Mike Edem s'est signalé en rejoignant le quart adverse derrière sa ligne de mêlée et en récupérant un ballon que Jerald Brown a arraché des mains de Cory Watson. Sur la possession suivante des visiteurs, Brown a rabattu une passe que Scooter Berry a interceptée.

Les Alouettes ne réussiront à inscrire que trois points sur ces deux revirements, et de peine et de misère! Après avoir récupéré le ballon à la ligne de 30 des Bombers, les locaux ont dû se contenter d'un placement de 16 verges de Sean Whyte.

«Quand la défense joue de la façon dont elle l'a fait, créant autant de revirements et nous donnant le ballon avec peu de distance à franchir et que nous ne pouvons pas en profiter, ça me rend malade, a ajouté Calvillo. On doit s'améliorer dans bien des aspects.»

Pendant ce temps, Pierce complétait 11 de ses 15 passes pour 162 verges, orchestrant notamment une poussée de 105 verges couronnée par la course de quatre verges de Goltz pour l'unique majeur de la demie.

Les Alouettes, dominés 214 contre 65 au chapitre des verges de gains dans cette demie, n'ont obtenu que trois premiers jeux. La deuxième demie ne sera pas plus brillante et les Alouettes auront beaucoup de travail à faire d'ici à ce que les Stampeders de Calgary ne se pointent au stade Percival-Molson, la semaine prochaine.

PLUS:pc