NOUVELLES

Mobilicity retarde la tenue du vote sur son projet de recapitalisation

03/07/2013 03:34 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

TORONTO - Le fournisseur de services sans fil Mobilicity a retardé d'une semaine la tenue du vote qui devait avoir lieu mercredi sur son projet de recapitalisation.

L'entreprise en difficulté, qui aurait eu des entretiens avec le géant américain des télécommunications Verizon, n'a pas vraiment expliqué pourquoi le vote avait été reporté à plus tard, se bornant à dire vouloir se pencher sur d'«éventuelles alternatives».

Le vote des créanciers, qui était prévu mercredi à la suite de précédents reports, doit maintenant avoir lieu le 10 juillet.

Verizon envisagerait de faire son entrée sur le marché canadien du sans-fil et aurait fait une offre initiale de 700 millions $ pour Wind Mobile, autre petit joueur du secteur canadien des télécommunications.

Ensemble, Mobilicity et Wind Mobile comptent un peu plus de 850 000 abonnés, soit une fraction du total de 25 millions que détiennent les gros joueurs du pays: Rogers Communications (TSX:RCI.B), Telus (TSX:T) et Bell (TSX:BCE).

Néanmoins, Verizon, le plus important fournisseur américain de services sans fil, les domine tous largement avec ses quelque 100 millions d'abonnés au sud de la frontière.

Telus a laissé tomber son projet d'acheter Mobilicity au coût de 380 millions $, le mois dernier, après qu'Ottawa se soit opposé à la transaction. Le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis, avait affirmé que les règles actuelles empêchant la vente de la licence de spectre de Mobilicity à une entreprise plus importante avant 2014 seraient toujours appliquées.

Le gouvernement cherche à accroître la concurrence au sein du secteur des télécommunications sans fil.

PLUS:pc