NOUVELLES

Le complot terroriste en C.-B. était connu mais «ne représentait aucun danger»

03/07/2013 01:18 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

VANCOUVER - La procureure générale de la Colombie-Britannique savait qu'un présumé attentat terroriste était planifié contre l'Assemblée législative lors de la fête du Canada, lundi dernier, mais elle n'a pas annulé les festivités car la Gendarmerie royale du Canada l'avait rassurée.

John Stuart Nuttall et Amanda Marie Korody ont comparu mardi matin devant un tribunal de Surrey, en Colombie-Britannique. Ils sont accusés d'avoir facilité sciemment une activité terroriste, de fabrication ou possession d'un engin explosif dans un but criminel, et de complot en vue de poser un engin explosif dans l'intention de provoquer la mort ou des dommages corporels graves.

La GRC prétend que les accusés voulaient placer des explosifs lors d'un événement qui allait rassembler des milliers de personnes, et que ce plan était inspiré de l'idéologie d'Al-Qaïda.

L'avocat Tom Morino, qui s'est entretenu avec Nuttal lundi, a toutefois pressé la police et la population de ne pas sauter aux conclusions sur les intentions des accusés.

La procureure générale de la Colombie-Britannique, Suzanne Anton, s'est dite soulagée que le présumé complot ait été déjoué, mais elle s'inquiète des allégations de terrorisme.

PLUS:pc