NOUVELLES

La transplantation de moelle osseuse semble «guérir» le sida

03/07/2013 09:51 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

KUALA LUMPUR, Malaisie - Il n'est plus possible de détecter le VIH dans l'organisme de deux patients séropositifs qui ont reçu une transplantation de moelle osseuse pour traiter leur cancer et qui ont cessé leur thérapie antirétrovirale, ont indiqué mercredi des scientifiques.

Les chercheurs de l'université Harvard ont prévenu qu'il est encore trop tôt pour affirmer que les deux hommes ont été guéris du sida, mais se disent encouragés de constater que le virus n'est pas de retour dans leur sang plusieurs semaines après la fin de la thérapie.

Les deux chercheurs avaient tout d'abord révélé, l'an dernier, que le virus était indétectable dans l'organisme des deux patients huit mois après leur transplantation de moelle osseuse pour traiter une leucémie. Les deux hommes prenaient toujours, à ce moment, des médicaments pour lutter contre le VIH.

Tous deux ont depuis cessé la thérapie antirétrovirale, le premier depuis 15 semaines et le second depuis sept, et ne donnent toujours aucun signe du virus.

Le chercheur Timothy Henrich a toutefois prévenu qu'il n'est pas impossible que le virus se terre dans des organes comme le foie, la rate ou le cerveau, et qu'il pourrait refaire surface dans plusieurs mois.

Les deux hommes seront soumis à d'autres tests pendant encore au moins un an.

PLUS:pc