NOUVELLES

La première décennie a vu des variations climatiques extrêmes, dit l'ONU

03/07/2013 08:37 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

GENÈVE - La première décennie du nouveau millénaire a donné lieu à des variations climatiques extrêmes, a prévenu mercredi l'ONU, quand un nombre sans précédent de pays ont fracassé des records de températures.

Les données publiées mercredi par l'Organisation météorologique mondiale démontrent que la température moyenne sur terre et à la surface des océans pendant la période 2001-2010 a avancé par rapport à la décennie précédente et qu'elle était en progression de près d'un demi-degré Celsius par rapport à la moyenne de 1961-1990.

L'agence onusienne évoque les vagues de chaleur en Europe et en Russie; les sécheresses du bassin de l'Amazone, de l'Australie et de l'Afrique orientale; et les tempêtes énormes comme le cyclone Nargis et l'ouragan Katrina.

Son analyse des données en provenance de 139 pays indique que les inondations comme celles qui ont touché le Pakistan, l'Australie, l'Afrique, l'Inde et l'Europe de l'Est ont été les événements climatiques extrêmes les plus fréquents.

Le rapport souligne que depuis 2010, la concentration dans l'atmosphère de certains gaz nocifs a crû de manière ininterrompue. Les niveaux actuels dépassent même ceux du début de l'ère industrielle, selon l'ONU. Comparativement à cette époque, la concentration de dioxide de carbone dans l'air a ainsi augmenté de 39 pour cent, alors que celle du méthane a connu une croissance de 158 pour cent.

Le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale, Michel Jarraud, affirme que ces nouvelles données tendent à faire croire que le réchauffement climatique n'est pas en train de connaître un ralentissement. Au contraire, il indique que la dernière décennie a été l'une des plus chaudes du dernier siècle et que l'augmentation des températures s'accélère.

La combustion des carburants fossiles et d'autres actions humaines sont pointées du doigt comme responsables de cette situation. La présence de ces gaz dans l'atmosphère contribue à l'effet de serre et conséquemment au réchauffement climatique.

PLUS:pc