NOUVELLES

Camp de perfectionnement: 56 espoirs du CH à Brossard pour épater la galerie

03/07/2013 02:53 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - Le Canadien de Montréal a lancé, mercredi, son camp de perfectionnement au Complexe sportif Bell de Brossard. D'ici dimanche, 56 jeunes espoirs du Tricolore tenteront de laisser une bonne première impression à la direction de l'équipe, ou de démontrer que leur progression répond aux attentes.

Ouvert au public, ce camp permettra aux partisans qui assisteront aux entraînements et matchs simulés de découvrir des nouveaux visages — comme le tout premier choix du Tricolore au dernier repêchage, Michael McCarron — et de renouer avec des joueurs qu'ils ont vu avec le «grand club» la saison dernière, comme Jarred Tinordi et Nathan Beaulieu.

Encore sur le nuage du repêchage, où le Canadien en a fait son premier choix, le 25e au total, McCarron sait très bien ce que l'organisation veut voir en lui.

«Je veux démontrer ma robustesse, mais également mes habiletés, a-t-il dit. Je ne veux pas qu'on me catalogue uniquement comme un joueur robuste. C'est certain que c'est une partie importante de mon jeu, mais je peux aussi jouer au hockey.

«Comme la plupart des gros joueurs, j'ai besoin d'améliorer ma vitesse. J'ai aussi besoin de travailler sur ma constance: certains soirs je suis bon, d'autres, je suis moyen. À ce niveau, vous devez être bon à chaque soir.»

Tinordi et Beaulieu vont quant à eux tout faire pour tenter d'amorcer la saison à Montréal et ils voient ce camp comme une façon de parfaire leur développement.

«Une fois que tu y as goûté et que tu réalises que tu peux jouer dans cette ligue, tu veux y revenir, a indiqué Beaulieu, choix de premier tour en 2011 qui a disputé six matchs avec le Canadien la saison passée.

«Je n'ai que 20 ans, je suis certain que je peux laisser ma carte de visite à ce camp et au camp principal. C'est important pour moi de profiter de mon expérience. Je sais ce que ça prend; je sais que je peux jouer dans cette ligue. C'est important de montrer à l'équipe que je suis prêt.»

«Je sais davantage à quoi m'attendre, a pour sa part déclaré Tinordi, choix de premier tour en 2011. Même si les camps sont différents à chaque année, il n'y a pas beaucoup de temps et vous devez tenter d'absorber le plus de bagages possible.

«Oui, l'objectif est de commencer la saison à Montréal, a ajouté celui qui a disputé 13 rencontres avec le Tricolore en 2013, dont les cinq matchs des séries. Je veux arriver au camp principal bien préparé et faire ce que j'ai à faire pour jouer dans la LNH la saison prochaine.»

Page vierge pour Leblanc

D'autres, comme Louis Leblanc, tenteront de prouver à l'organisation que leur développement répond aux attentes placées en eux par la direction.

L'ex-premier choix du Canadien, 18e au total au repêchage de 2009, a connu une saison difficile l'an dernier. Blessé à la cheville en début de campagne, il a été ennuyé pendant tout le calendrier, ce qui ne l'a pas aidé à se faire justice.

«Je veux m'améliorer. La saison dernière a été difficile, mais je suis convaincu que je vais rebondir, a admis le joueur de centre. J'ai prouvé par le passé que j'appartenais à la Ligue nationale mais, l'an dernier, ça ne s'est pas passé comme je voulais.

«Est-ce une régression? Non, les entraîneurs m'ont dit que ça arrive. Ce n'est qu'un obstacle sur ma route.»

Pour Martin Lapointe, directeur du développement des joueurs du Tricolore et responsable de ce camp, l'organisation n'aura pas en tête cette mauvaise saison de son protégé au moment de l'évaluer.

«Tout le monde peut apprendre. Louis et moi nous nous parlons souvent. C'est un gars qui travaille très fort, qui est en excellente forme. Il veut beaucoup.

«La page est tournée, on recommence avec une page vierge. C'est certain que sa blessure, ça ne l'a pas aidé. Mais on sent qu'il veut faire partie des vétérans et qu'il veut aider les jeunes et pour moi, c'est très important.

«Louis Leblanc est un excellent joueur de hockey, mais il doit recommencer du début. Il ne doit pas penser au passé. Le passé c'est terminé. C'est une nouvelle journée, on passe à autre chose.»

Quoiqu'il en soit, le patineur de 22 ans aborde ce camp de perfectionnement avec confiance, promettant qu'il tentera de profiter des ouvertures dans la formation de Michel Therrien.

Place aux Québécois

La formation montréalaise a fait une belle place aux joueurs québécois pour ce camp de perfectionnement, alors que 16 des 56 joueurs présents proviennent du Québec.

«Ça toujours été important pour l'organisation (de faire une place aux Québécois), mais aujourd'hui, il y en a plus que d'habitudes, a noté Lapointe. C'est important pour le CH d'avoir des Québécois à notre camp. On va pouvoir les évaluer. Voir ce qu'ils peuvent faire contre des gars qui ont joué dans la LNH, dans l'AHL et contre qui ils ont joué dans le junior.»

PLUS:pc