NOUVELLES

Alimentation forcée des grévistes de la faim à Guantanamo:Washington se justifie

03/07/2013 06:09 EDT | Actualisé 02/09/2013 05:12 EDT

MIAMI - L'administration américaine a justifié, mercredi, l'alimentation forcée des prisonniers de Guantanamo faisant la grève de la faim depuis des semaines.

Washington a appelé le juge en charge du dossier à rejeter la poursuite intentée par quatre prisonniers du célèbre pénitencier de l'île de Cuba pour renverser cette pratique.

Le fait d'alimenter les détenus à l'aide d'une sonde nasogastrique vise à empêcher leur mort, et il s'agit d'une pratique «humaine», peut-on lire dans un document déposé à une cour fédérale de Washington par les procureurs du département américain de la Justice.

La requête demande également au tribunal de ne pas accorder d'injonction préliminaire contre la mesure, affirmant que cela reviendrait à autoriser le suicide d'un détenu en le laissant se priver de nourriture.

Les avocats représentant quatre prisonniers prenant part à la grève de la faim ont déposé leur demande dimanche, arguant que le fait de nourrir les hommes contre leur volonté constituait une violation de leurs droits humains et ne servait aucun intérêt légitime. Ils ont aussi affirmé que cela les privait de leur droit de respecter la tradition du jeûne précédant le ramadan, une importante fête religieuse musulmane.

L'armée américaine s'engage à nourrir l'ensemble des détenus, incluant ceux qui pratiquent la grève de la faim, avant le levée du soleil et à la tombée du jour seulement, afin de répondre aux croyances religieuses des prisonniers, indique-t-on dans le document de la cour.

Les avocats des quatre détenus prévoient déposer leur réponse à la position du département ce vendredi.

Selon ce qu'a rapporté l'armée américaine, 106 des 166 prisonniers de Guantanamo Bay font la grève de la faim, et 45 d'entre eux sont alimentés de force pour empêcher une perte de poids dangereuse pour la santé.

PLUS:pc