DIVERTISSEMENT

«Voyez comme ils dansent» de Claude Miller: entrevue avec l'acteur Yves Jacques (PHOTOS)

02/07/2013 01:45 EDT | Actualisé 02/07/2013 01:49 EDT
Agence QMI

Le cinéaste Claude Miller a trouvé en Yves Jacques son acteur fétiche, son «porte-bonheur» comme il se plaisait alors à le dire affectueusement. Lorsque le regretté réalisateur français lui a offert en 1998 un premier rôle dans un de ses films (La classe de neige), une profonde amitié mêlée de respect mutuel est alors née entre les deux hommes. Et puis, six collaborations plus tard comme Betty Fisher ou La petite Lili, Claude Miller est parti, mais les souvenirs sont restés bien présents dans l’esprit du comédien.

Yves Jacques est au bout du fil et il a beaucoup à en dire. D’abord sur les derniers moments de son «ami, confident et grand frère du cinéma», Claude Miller emporté par le cancer le 4 avril 2012 à l’âge de 70 ans. «Tout au long du tournage de Voyez comme ils dansent, Claude a été très secret sur sa santé. J’ai appris très tard qu’il était malade. Je pensais alors qu’il allait passer à travers. On avait déjà un prochain projet ensemble», se souvient l’acteur québécois.

Quand Claude Miller est rentré à l’hôpital quelques semaines avant sa mort, l’acteur n’a pas hésité une seule seconde: «J’ai pris le premier vol pour Paris. C’est là-bas qu’on s’est vu pour la dernière fois. J’ai pu lui dire au revoir.»

Leur avant-dernière collaboration est le film Voyez comme ils dansent qui sort maintenant sur nos écrans après Thérèse Desqueyroux, le film testament de Miller dans lequel Jacques tient aussi un rôle.

«Je trouve cela très triste qu’un film de Claude passe comme cela en dessous du tapis. Lui et le producteur Patrick Godeau n’étaient pas en bon terme. Alors pour se venger, il a très mal sorti le film en France, sans promotion. Encore aujourd’hui, il est impossible de le trouver en DVD! C’est injuste.»

Adapté d'un roman de Roy Parvin, Voyez comme ils dansent a été tourné au Québec et dans le reste du Canada. Le film met en vedette une distribution internationale, dont Marina Hands, James Thiérrée, Maya Sansa et la Québécoise Anne-Marie Cadieux.

On y découvre le voyage en nos terres d’une vidéaste française qui décide de prendre le train de Montréal jusqu’à Vancouver pour découvrir la vie de son ex-mari décédé. «Claude Miller était un grand amoureux du Québec. Il adorait venir tourner ici. Je crois vraiment que ce film est l’un de ses plus beaux souvenirs de tournage.»

Yves Jacques y incarne le chef de train: «J’ai beaucoup aimé jouer ce personnage que je pourrais comparer à Charon, le passeur du Styx dans la mythologie grecque. C’est lui qui amène les âmes dans le monde des morts.»

Le comédien est allé puiser son inspiration chez un maître d’hôtel rencontré au restaurant L’Express à Montréal: «Claude voulait une figure bienveillante au caractère blagueur. J’ai tout de suite pensé à ce maître d’hôtel qui n’arrêtait pas de faire des plaisanteries. Une interprétation dans le film qui sert d’équilibre entre mon personnage enjoué et le côté sombre et dramatique de l’œuvre.»

Voyez comme ils dansent – Les Films Séville –Drame psychologique – 98 minutes – Sortie en salles le 28 juin 2013 – France, Suisse, Canada.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Voyez comme ils dansent»