NOUVELLES

Marcel Côté et Louise Harel unissent leurs forces

02/07/2013 10:22 EDT | Actualisé 01/09/2013 05:12 EDT
SRC

Reconnaissant avoir « quelques difficultés à percer dans l'ouest de la ville », la chef de Vision Montréal, Louise Harel, renonce à la mairie de Montréal. Elle a annoncé mardi matin qu'elle sera plutôt candidate dans l'arrondissement Ville-Marie et que son parti se rallie à Marcel Côté, qui dirigera une coalition en vue des élections municipales du 3 novembre prochain.

« J'entends poursuivre le combat pour ma ville, comme chef de Vision Montréal, au sein d'une coalition rassemblant les forces vives montréalaises de toutes origines et appartenances politiques, linguistiques et géographiques, dirigée par Marcel Côté », a affirmé Louise Harel.

« Il m'apparaît assez évident que Monsieur Côté aura cette capacité de rallier l'est et l'ouest [de l'île de Montréal] et de faire en sorte que cela permette vraiment cet élan dont notre ville a tant besoin. »

— Louise Harel, chef du parti Vision Montréal


L'homme d'affaires Marcel Côté, fondateur de la firme KPMG-Secor, présentera une déclaration commune mercredi matin, confirmant ainsi son intention de briguer la mairie de Montréal.

L'expérience de la coalition est positive, soutient Harel

Louise Harel a expliqué que les mois pendant lesquels la ville a été dirigée par une coalition ont montré que ce mode de gouvernance convenait tout à fait à la gestion de la ville qui, selon elle, a grand besoin de transparence.

« Le succès de l'actuelle coalition nous a convaincus, mon équipe et moi, que ce nouveau mode de gouvernance doit demeurer la règle et non l'exception afin de poursuivre les réformes commencées », a expliqué en point de presse la chef de Vision Montréal.

« À cet égard, la culture du secret sera définitivement chassée de l'Hôtel de Ville, la dialectique partisane cédera le pas à une dynamique fondée sur la délibération et le compromis. Ce nouveau mode de gouvernance plaît et plaira aux Montréalais. »

— Louise Harel, chef du parti Vision Montréal


Rappelant au cours de son allocution qu'elle avait « davantage d'ambition pour sa ville que pour elle-même », Louise Harel a déclaré que Montréal était une ville blessée et qu'un retour à l'intégrité et la prospérité doit passer, selon elle, par une mise en commun des forces vives, des talents et des compétences, sans égard aux considérations partisanes.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui se présente? Qui ne se présente pas?