INTERNATIONAL

Égypte: un groupe d'opposition accuse Morsi de «menacer son peuple»

02/07/2013 07:32 EDT
AP

Le mouvement Tamarrod, à l'origine des manifestations monstres réclamant le départ du président égyptien Mohamed Morsi, a accusé mardi le chef d'État de "menacer son peuple".

"Ce président menace son peuple", de ce fait, "nous considérons qu'il n'est plus président", a déclaré Mohamed Abdelaziz, dirigeant de Tamarrod (rébellion en arabe) à une télévision privée après un discours dans lequel M. Morsi a réitéré son refus de quitter le pouvoir.

Mardi soir, dans une allocution télévisée, le chef d'État a déclaré: "Le peuple m'a choisi lors d'élections libres et équitables", ajoutant n'avoir "pas d'autre choix que de continuer à assumer la responsabilité" du pays et qu'il n'y avait "pas d'alternative à la légitimité".

Lundi soir déjà, M. Morsi avait rejeté un ultimatum de l'armée l'appelant à "satisfaire les demandes du peuple" avant mercredi soir sous peine de se voir imposer une solution par les militaires.

Le président a réaffirmé que "les portes sont ouvertes au dialogue" national pour sortir le pays de la crise, que l'opposition a déjà ignoré à plusieurs reprises, estimant qu'il était de pure façade.

Il a dans le même temps mis en garde contre "le piège de la violence qui, si nous tombons dedans, n'aura pas de fin".

A l'issue de son discours, la foule réunie sur l'emblématique place Tahrir du Caire a scandé à l'adresse du président: "Dégage, dégage! On ne veut pas de toi. De toute façon, on ne te comprend pas!".

INOLTRE SU HUFFPOST

Égypte: Manifestations du 30 juin 2013