NOUVELLES

Brésil : malgré l'apaisement, la présidente veut un référendum 

02/07/2013 09:50 EDT | Actualisé 01/09/2013 05:12 EDT

Dilma Rousseff, la présidente brésilienne, a demandé mardi au Congrès d'approuver la tenue d'un référendum sur plusieurs réformes politiques, afin de répondre à la contestation à l'origine des vastes manifestations du mois dernier.

Les rassemblements, qui ont réuni jusqu'à un million de personnes, se sont récemment essoufflés, même si plusieurs dizaines de milliers de Brésiliens ont encore manifesté la semaine dernière.

Des échauffourées se sont en outre produites dimanche à Rio en marge du match qui a vu la victoire du Brésil face à l'Espagne 3-0 en finale de la Coupe des confédérations.

Parti d'une manifestation contre la hausse des tarifs dans les transports publics de Sao Paulo, le mouvement a pris de l'ampleur et s'est mué en une vaste contestation de l'état des services publics, de l'inflation, de la hausse de la criminalité et d'autres problèmes sociaux.

Parmi les thèmes que Dilma Rousseff souhaite soumettre à référendum, et qu'elle a évoqués dans sa requête au Congrès, figurent une réforme du financement des campagnes électorales, la fin de l'anonymat des votes des parlementaires, ainsi que l'adoption d'un mode de scrutin par circonscription et non plus proportionnel.

La cote de popularité de Dilma Rousseff, qui briguera sans doute un nouveau mandat l'année prochaine en tant que candidate du Parti des travailleurs (PT), s'est effondrée de 27 % au cours des trois dernières semaines de juin, selon un sondage de l'institut Datafolha publié le week-end dernier.

Son projet de référendum paraît risqué à plusieurs observateurs, ainsi qu'au Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), partenaire gouvernemental du PT, qui souhaiterait que les réformes politiques soient exclusivement étudiées par le Congrès.

« Cela pourrait se révéler un fiasco », juge Andre Cesar, analyste politique pour le cabinet Prospectiva Consultoria. « Le vote risque de ne pas être organisé. Ou pire, il pourrait ouvrir une boîte de Pandore et le Congrès pourrait décider de débattre d'une interdiction d'exercer plusieurs mandats présidentiels. »

Reuters

PLUS:rc