DIVERTISSEMENT

Festival en chanson de Petite-Vallée: doux retour aux sources pour les Sœurs Boulay (PHOTOS)

30/06/2013 03:34 EDT | Actualisé 30/08/2013 05:12 EDT
David-Olivier Gascon

Le Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée a pris des allures de fête, samedi, lorsque les sœurs natives de New Richmond en Gaspésie ont interprété une douzaine de chansons tirées de leur premier album country-folk Le poids des confettis.

Dans une ambiance chaleureuse comme seuls les Gaspésiens savent le faire, Stéphanie et Mélanie Boulay n’ont eu qu’à entonner les premières notes de Lola en confiture pour que leur public, déjà conquis d’avance, commence à fredonner avec elles, ce qu’il a d’ailleurs fait jusqu’à la toute fin du spectacle.

Entourées de leurs instruments de musique, se tenant debout l’une en face de l’autre sur une scène disposée au centre de la salle, les deux sœurs ont raconté leurs amours, leurs joies et leurs peines, de toute évidence très heureuses d’être de retour dans leur coin de pays.

VOIR AUSSI: Les rituels beauté des soeurs Boulay, révélations Radio-Canada

Entre deux chansons livrées de leur voix cristalline et en parfaite harmonie, elles se sont remémorées des anecdotes tirées de leur quotidien de Montréalaises, elles qui ont fait le grand saut dans la grande ville il y a maintenant 6 ans. « Ça fait qu’on r’vient pas souvent rider dans l’boutte avec des ski-doos! » a confié Mélanie, la boute-en-train du duo.

Par le biais de textes tantôt drôles et légers tantôt mélancoliques les sœurs Boulay évoquent ainsi avec spontanéité et un franc-parler qui leur est propre leurs désordres amoureux, leur relation toute particulière (elles se qualifient « d’assez fusionnelles ») mais aussi des amusantes différences qui existent entre les hommes de la ville et ceux des régions, comme dans l’hilarante T’es pas game.

Mélanie s’est ensuite chargée de désopiler l’audience avec la coquine Ôte-moi mon linge, puis les deux sœurs ont également offert une nouveauté, La Femme invisible, une chanson composée par Stéphane Lafleur du groupe « Avec pas d’casque ».

Le lien entre les Sœurs Boulay et le Festival en chanson remonte à plusieurs années, comme l’a raconté Stéphanie hier. Elle n’avait que 16 ans lorsqu’elle a menti sur son âge afin de s’inscrire aux ateliers de chansons dispensés par Marie-Claire Séguin. « C’est comme si on avait commencé notre carrière ici! » a-t-elle dit vers la fin du spectacle.

L’on aurait repris encore plus d’anecdotes de ce genre, hier, tellement l’ambiance était bon enfant. Seul petit bémol : le son, qui ne voyage pas toujours avec efficacité dans la salle du théâtre de la Vieille Forge, ainsi que la disposition de la scène, qui a donné des maux de cous au moins à la moitié de la salle.

Littéralement prises dans un tourbillon depuis leur victoire aux Francouvertes en 2012, les Sœurs Boulay se dirigeaient aux Îles-de-la-Madeleine, avant de s’envoler pour une tournée en France et en Belgique.

Le Festival en Chanson de Petite-Vallée se poursuit jusqu’au 6 juillet prochain.

En rafale :

Près de 300 enfants de la Gaspésie et de Longueuil ont fait craquer Laurence Jalbert hier soir à l’église de Cloridorme, alors qu’ils ont interprété 12 de ses chansons, dont En Courant, Au nom de la raison, Jeter un sort, Chanson pour Nathan et Encore et encore.

Sous le regard amusé de Daniel Boucher et de Damien Robitaille, qui est monté sur scène avec lui le temps d’une chanson, le rappeur Koriass est venu présenter un spectacle plutôt réussi devant une salle toutefois très peu remplie. Il faut dire que le froid sibérien qui régnait vendredi soir en a sûrement découragé plus d’un.

Quant à Damien Robitaille, il a offert hier une courte prestation plutôt inusitée à l’épicerie de Grande-Vallée, venant du coup régaler les gens venus faire leurs emplettes. Signe que le Village vibre un peu partout au rythme de son Festival.

INOLTRE SU HUFFPOST

Festival en chanson de Petite-Vallée 2013