NOUVELLES

Obama rencontre les proches de Mandela

29/06/2013 03:14 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

Le président américain Barack Obama, lors de la deuxième étape de sa visite en Afrique, a rencontré samedi à Johannesburg des proches de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela, toujours dans un état critique dans un hôpital de Pretoria.

Le chef de la Maison-Blanche a rendu un vibrant hommage à l'icône de la lutte anti-apartheid, « l'un des plus grands personnages de l'Histoire », et a comparé « Madiba » à George Washington, soulignant que tous deux avaient décidé de renoncer au pouvoir alors qu'ils étaient au sommet de leur gloire. Victime d'une infection pulmonaire et hospitalisé depuis trois semaines, Nelson Mandela, 94 ans, est toujours dans un état « critique mais stable », a déclaré dans la matinée le président sud-africain, Jacob Zuma.

Lui-même premier président métis des États-Unis, M. Obama, qui s'est entretenu samedi matin à Pretoria avec M. Zuma, a qualifié Nelson Mandela de « héros personnel », ce qui avait alimenté un moment l'hypothèse d'une visite à son chevet. S'adressant aux journalistes à l'endroit même de l'investiture de M. Mandela à la présidence il y a dix-neuf ans, M. Obama a déclaré que des millions de personnes à travers le monde priaient pour le prix Nobel de la paix 1993.

Finalement, le président américain a rencontré des membres de la famille de Madiba au Nelson Mandela Centre of Memory, à Johannesburg. Il a ensuite déclaré aux journalistes qu'il avait également parlé au téléphone avec l'épouse de M. Mandela, Graça Machel, qui se trouve au chevet de son mari. « J'ai dit mon espoir que Madiba retire paix et réconfort de la présence à ses côtés de ceux qu'il aime, et j'ai aussi exprimé du fond du coeur mon soutien à toute sa famille en ces circonstances difficiles », a-t-il dit.

M. Obama insiste toutefois sur sa volonté de ne pas jouer les intrus. « Je n'ai pas besoin d'une photo avec lui. La dernière chose que je veux faire, c'est être indiscret à un moment où la famille est inquiète ».

Rencontre entre Obama et Zuma

Plus tôt samedi, M.Obama a tenu une conférence de presse commune avec M. Zuma. Les deux hommes ont parlé de la situation politique en Égypte et au Zimbabwe, du rôle de la Chine sur le continent noir, mais surtout de l'état de santé de Nelson Mandela.

M. Obama est arrivé vendredi soir à Pretoria, en provenance du Sénégal. Il a appelé le Zimbabwe à mettre un terme au harcèlement de l'opposition et à adopter des réformes pour assurer que les prochaines élections générales soient « libres et crédibles ». « Le harcèlement de citoyens et de groupes doit arrêter et les réformes ont besoin d'avancer de façon à ce que les gens puissent prendre part à un scrutin équitable, libre et crédible », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse conjointe avec son homologue sud-africain.

Obama appel au calme en Égypte

Il a profité de la conférence de presse sud-africaine pour demander au président égyptien, Mohamed Morsi, et aux représentants de l'opposition d'engager un dialogue afin de mettre un terme aux violentes manifestations qui secouent le pays depuis plusieurs jours. « À l'évidence, nous suivons la situation avec inquiétude », a déclaré le président américain au sujet de l'Égypte.

Trois personnes, dont un Américain, sont mortes vendredi en Égypte en marge de manifestations rivales d'adversaires et de partisans de Mohamed Morsi. Les deux camps prévoient de grands rassemblements dimanche.

La présence chinoise en Afrique n'inquiète pas Obama

Par ailleurs, les États-Unis ne se sentent pas menacés par l'augmentation de l'influence de la Chine et des autres nations émergentes en Afrique, a dit le président Obama. « Je ne me sens pas menacé par celle-ci. Je pense que c'est une bonne chose », a-t-il dit.

Consultez notre dossier sur Nelson Mandela

La journée de dimanche conduira M. Obama à Robben Island, le bagne où Nelson Mandela a passé 18 de ses 27 années de détention, au large du Cap.

À quelques heures de son arrivée, le Mediclinic Heart Hospital de Pretoria où est soigné le prix Nobel de la paix 1993 continuait d'être le point de ralliement de nombreux Sud-Africains, soucieux de témoigner leur affection à Mandela, aujourd'hui âgé de 94 ans.

Chants, prières, cartes de voeux, ballons, bougies témoignent depuis plusieurs jours de la ferveur de tout un peuple communiant avec le monde entier par le truchement d'un bataillon de dizaines d'envoyés spéciaux postés devant l'hôpital.

PLUS:rc