NOUVELLES

Afrique du Sud: les Obama ont rencontré certains membres de la famille Mandela

29/06/2013 09:29 EDT | Actualisé 29/08/2013 05:12 EDT

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - Rendant hommage à son héros personnel, le président américain Barack Obama s'est entretenu en privé avec la famille de Nelson Mandela, samedi, alors que le monde attendait anxieusement des nouvelles de l'état de santé du leader anti-apartheid âgé de 94 ans.

M. Obama, qui a parlé à plusieurs reprises de M. Mandela pendant son voyage en Afrique, a salué le «courage moral» de l'ex-président sud-africain pendant un discours prononcé à l'endroit même où M. Mandela a été assermenté à titre du premier président noir du pays.

Le président américain a également appelé les leaders du continent, incluant ceux du Zimbabwe voisin, de prendre exemple sur la volonté de M. Mandela de faire passer le pays en premier et de démissionner après un mandat, malgré son immense popularité.

Selon lui, il est important de ne pas croire que le destin d'un pays dépend de la longueur du mandat de son leader.

Plus tard en soirée, au cours d'un souper officiel, M. Obama, son homologue sud-africain, Jacob Zuma, et d'autres dignitaires, ont gardé une minute de silence en l'honneur de M. Mandela.

L'arrêt de M. Obama en Afrique du Sud arrive à mi-chemin d'un voyage d'une semaine sur le continent noir, son déplacement le plus important en Afrique depuis son arrivée au pouvoir en 2009.

Son manque d'attention portée à la terre de ses ancêtres a frustré certains Africains qui avaient de grandes attentes envers le premier président américain noir, qui plus est fils d'un Kenyan.

Malgré le fait que l'état de santé de Nelson Mandela risque d'occulter le but premier de sa visite, M. Obama a tenté de demeurer concentré sur l'un des objectifs de son voyage, l'établissement de liens commerciaux plus étroits entre les États-Unis et l'Afrique. Le président a d'ailleurs rejeté les critiques voulant qu'il ne consacre du temps à l'économie africaine que pour y contrer l'influence du Brésil, de la Chine, de l'Inde et d'autres pays.

S'il a dit souhaiter que «tous soient impliqués en Afrique», il a pressé les Africains de s'assurer que les ententes offertes «sont bonnes pour l'Afrique».

M. Obama a par ailleurs déjà consacré des efforts pour promouvoir le militantisme civique chez les jeunes, et investir dans leur développement.

La visite africaine du président prendra fin après un arrêt en Tanzanie.

PLUS:pc