NOUVELLES

Lettres à la ricine aux États-Unis: la suspecte est officiellement accusée

28/06/2013 07:50 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

TEXARKANA, États-Unis - Une Américaine a été accusée vendredi d'avoir envoyé des lettres empoisonnées à la ricine au président Barack Obama et au maire de New York, Michael Bloomberg, dans le cadre d'une tentative de faire porter le chapeau à son mari, ont annoncé des procureurs fédéraux.

Shannon Richardson, âgée de 35 ans, fait face à deux accusations d'avoir posté un message menaçant, et d'une accusation d'avoir menacé le président des États-Unis, a précisé le bureau du procureur du district est du Texas par voie de communiqué.

Dans la lettre adressée au président, il est écrit que la missive n'est qu'un «avant-goût» de ce qui attend M. Obama.

Richardson, une actrice texane, a été arrêtée le 7 juin. Elle est accusée d'avoir envoyé les lettres menaçantes en mai à MM. Obama et Bloomberg, ainsi qu'à un troisième homme qui dirige le groupe sur le contrôle des armes du maire de New York. La femme risque jusqu'à cinq ans de prison pour chacune des accusations.

L'avocate désignée d'office pour l'accusée, Tonda Curry, n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Le gouvernement a accusé l'actrice d'avoir posté les lettres et d'avoir tenté d'incriminer Nathan Richardson, qu'elle a épousé en 2011. L'homme a réclamé le divorce plus tôt ce mois-ci.

Selon les autorités, les lettres à la ricine menaçaient des défenseurs du contrôle des armes à feu.

Un affidavit du FBI précise que Richardson a tout d'abord contacté les autorités pour incriminer son époux dans l'affaire. Elle a toutefois échoué à un test de détecteur de mensonges et les enquêteurs ont découvert des incohérences dans son témoignage, allègue le document.

L'accusée a plus tard admis avoir posté les lettres, mais a maintenu que son époux l'y avait forcée, selon l'affidavit.

Un juge fédéral a ordonné la semaine dernière que Richardson subisse un examen psychologique. Me Curry a exigé cet examen, affirmant que sa cliente avait présenté «un genre comportemental» qui remet en question la possibilité qu'elle puisse assurer sa propre défense.

PLUS:pc