NOUVELLES

Les employées de bureau de Bell Canada approuvent une entente de principe à 53%

28/06/2013 05:26 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

OTTAWA - Les employées de bureau de Bell Canada ont approuvé dans une proportion de 53,5 pour cent l'entente de principe récemment conclue, a fait savoir vendredi le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ).

Le dépouillement du vote a eu lieu vendredi matin en présence de scrutateurs au bureau du SCEP d'Ottawa, au terme de plusieurs assemblées syndicales tenues ces dernières semaines dans toutes les régions du Québec et de l'Ontario, a précisé le syndicat.

Le comité de négociation syndical recommandait l'acceptation de l'offre.

Entre autres choses, l'entente prévoit des augmentations salariales de 8,25 pour cent sur une période de quatre ans et demi, le reclassement de 100 employées permanentes à temps partiel qui passent au statut de permanent temps plein et de 25 autres qui passent du statut temporaire temps partiel à celui de permanent temps partiel.

Il est aussi question d'une amélioration du processus de mobilité professionnelle pour assurer l'équité dans le mouvement de main-d'oeuvre.

Une amélioration de la conciliation travail et famille et des protections salariales lors des évaluations sont également prévues.

«Une partie de notre mandat consistait à corriger certaines failles que l'employeur avait refusé de considérer par le passé. (...) Cependant, le vote serré s'explique du fait que les deux négociations précédentes ont laissé bien des séquelles et un goût amer aux membres, et ce, malgré les gains de cette négociation», a commenté Olivier Carrière, représentant national du SCEP et porte-parole syndical à la table de négociation.

Les négociations étaient amorcées depuis le mois d'avril, alors que la convention collective expirait le 31 mai.

Le SCEP représente plus de 6000 membres employées de bureau, dont plus de 2500 au Québec.

PLUS:pc