NOUVELLES

L'armée libanaise disperse une manifestation en tirant des coups de semonce

28/06/2013 08:07 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

BEYROUTH - Des troupes libanaises ont tiré en l'air, vendredi, pour disperser des dizaines de sunnites manifestant leur appui à un leader religieux de la ligne dure qui se terre depuis que l'armée a écrasé ses combattants, plus tôt cette semaine.

Le Liban est aux prises avec une hausse des tensions entre sunnites et chiites liées à la guerre civile en cours dans la Syrie voisine, tensions qui ont provoqué de meurtriers combats de rue à plusieurs occasions entre sectes rivales dans des villes libanaises.

L'armée est intervenue vendredi pour mettre fin à la manifestation dans la ville portuaire de Saïda, dans le sud du pays, après que des protestataires eurent tenté de se rendre aux installations religieuses d'où le religieux Ahmad el-Assir livrait ses sermons. Des manifestations similaires avaient lieu dans la capitale, Beyrouth, ainsi qu'à Tripoli, au nord.

Les protestataires ont brièvement fermé l'autoroute liant Beyrouth à Tripoli, vendredi après-midi, et ont endommagé une statue de l'armée près de cette dernière ville, a annoncé l'agence de presse étatique.

Les installations d'El-Assir sont sous contrôle de l'armée depuis lundi, à la suite de deux jours de combats entre les troupes et les partisans du leader religieux ayant fait des dizaines de morts.

Le prédicateur a rapidement gagné en popularité chez les sunnites, mettant en relief les grandes frustrations de plusieurs Libanais opposés à l'influence gagnée par les chiites au sein du gouvernement via le puissant groupe militant Hezbollah.

Ahmad el-Assir a entre autres appelé ses compatriotes sunnites à aller se battre contre les forces du président Bachar el-Assad en Syrie, surtout après l'implication du Hezbollah en faveur du gouvernement syrien.

Les combats dans la ville méditerranéenne de Saïda ont débuté dimanche dernier, après que des soldats eurent arrêté un partisan d'El-Assir. L'armée affirme que les partisans de ce dernier ont ouvert le feu sans provocation à un point de contrôle militaire.

Selon des informations officielles, au moins 18 soldats ont été tués et 50 autres blessés dans les combats, tandis que plus de 20 partisans du leader religieux ont trouvé la mort.

PLUS:pc