NOUVELLES

La mobilité de la main-d'oeuvre pénalise des travailleurs de la Côte-Nord

28/06/2013 08:12 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

BAIE-COMEAU, Qc - Les travailleurs de la construction de la Côte-Nord sont déterminés à retirer leur appui aux projets à venir du développement nordique si le gouvernement québécois n’améliore pas la situation de la mobilité provinciale de la main-d’oeuvre, qui pénalise les travailleurs de la région.

La C-S-N et la F-T-Q unissent leurs voix afin d’interpeller la ministre du Travail, Agnès Maltais, sur cette problématique qui ne se réglera pas par la présente négociation.

Les syndicats jugent inconcevable que les trois quarts des travailleurs sur les chantiers de la région proviennent de l’extérieur.

Le président du conseil central de la CSN sur la Côte-Nord, Guillaume Tremblay, déplore notamment que les jeunes travailleurs de la construction de sa région n'aient pas accès au vaste chantier de la Romaine.

Les syndicats verraient bien la Commission de la construction du Québec s’accaparer le pouvoir d’établir des quotas de main-d'oeuvre.

(Collaboration: Marc-André Hallé, CHLC FM )

PLUS:pc