POLITIQUE

UPAC à Granby : le maire Goulet dément tout

28/06/2013 07:28 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT
PC

Le maire de Granby, Richard Goulet, dément l'ensemble des allégations de financement électoral occulte rapportées dans le quotidien La Voix de l'Est. Il ne sait pas s'il fait l'objet d'une enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Selon ce qu'on peut lire dans l'article, l'UPAC a le maire de Granby dans sa mire pour avoir mis sur pied un système de prête-noms. Ces soupçons remonteraient à la dernière élection de 2009. L'UPAC refuse de confirmer s'il y a effectivement enquête.

« Je ne le prends pas. Ce n'est pas vrai qu'on va mettre tous les maires, tous les conseillers dans le même panier. Si je fais l'objet d'une enquête, je veux le savoir », a-t-il déclaré.

Le maire Goulet confirme qu'une plainte avait été déposée au Directeur général des élections (DGE) en 2009, mais qu'on n'y avait pas donné suite.

Il affirme ne pas savoir si l'UPAC enquête à son sujet et si c'est le cas, M. Goulet soutient qu'il collaborera pleinement. À sa connaissance, la seule fois où l'UPAC s'est amenée à l'hôtel de ville c'était en octobre 2012 dans le cadre d'une simple rencontre exploratoire.

Selon lui, cette histoire n'est pas étrangère au fait que l'on soit en année électorale.

De son côté, le directeur général de la Ville de Granby, Michel Pinault, s'en prend aux médias.

Il a dit qu'il déplorait « la couverture journalistique qui ne fait que ternir l'image de sa ville ». Selon M. Pinault, il est totalement faux d'avancer que le maire et son équipe font l'objet d'une enquête policière. Il a déclaré qu'à Granby, lorsque vient le temps d'octroyer des contrats, « on applique rigoureusement la loi » et tous les entrepreneurs peuvent tenter leur chance.

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques frappes de l'UPAC