NOUVELLES

Barack Obama ne sait pas s'il pourra rendre visite à Nelson Mandela

28/06/2013 11:25 EDT | Actualisé 28/08/2013 05:12 EDT

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - Le président américain Barack Obama est arrivé vendredi en Afrique du Sud, deuxième étape de son voyage sur le continent africain après le Sénégal.

Prenant la parole devant les journalistes à bord d'Air Force One, M. Obama a affirmé qu'il n'était pas certain de pouvoir rendre visite à Nelson Mandela durant son séjour.

L'ex-président sud-africain, qui compte parmi les héros de Barack Obama, est hospitalisé à Pretoria et repose dans un état critique mais stable.

M. Obama a déclaré qu'il n'avait pas besoin de publicité et qu'il ne voulait pas déranger la famille Mandela alors qu'elle s'inquiète de la santé de l'ancien leader de la lutte contre l'apartheid âgé de 94 ans.

Nelson Mandela et Barack Obama ne se sont rencontrés qu'une fois dans une chambre d'hôtel de Washington en 2005 alors que le futur président des États-Unis n'était encore que sénateur. Ils ont depuis discuté à quelques reprises au téléphone, notamment lors de la victoire historique de M. Obama aux élections américaines en 2008.

Lorsqu'il était étudiant, Barack Obama a également pris part aux manifestations contre l'apartheid, le régime raciste qui a gardé M. Mandela derrière les barreaux pendant près de trois décennies.

Le voyage en Afrique du Sud de M. Obama est un peu perçu comme un hommage à l'homme qui a inspiré son propre activisme politique. Il fera d'ailleurs l'éloge de Nelson Mandela à l'occasion d'une visite à la prison de Robben Island, à Cape Town, où le premier président sud-africain noir a passé 18 des 27 ans de sa peine d'emprisonnement.

Plus tôt vendredi, des centaines de manifestants avaient convergé vers l'ambassade américaine à Pretoria pour protester pacifiquement contre la visite officielle du président des États-Unis.

Ils s'opposaient notamment à la politique américaine contre Cuba, à la guerre en Afghanistan et au réchauffement climatique. Le rassemblement avait été organisé par des syndicats et des membres du Parti communiste du pays.

Les manifestants souhaitaient attirer l'attention du public sur ces enjeux et prévenir les citoyens américains des violations de droits humains commises par l'administration Obama, dont la fermeture sans cesse retardée de la prison de Guantanamo, avait indiqué le co-organisateur de l'événement, Mbuyiseni Ndlozi.

Certains protestataires brandissaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire: «No, you can't Obama», en référence au célèbre slogan de campagne du président américain.

Les manifestants prévoient aussi se rassembler samedi au campus de l'université de Johannesbourg à Soweto, où M. Obama doit prononcer un discours et recevoir un diplôme honorifique.

Barack Obama a reçu un accueil plus chaleureux au Sénégal, où il a notamment rencontré des fermiers et des entrepreneurs qui utilisent de nouvelles méthodes et technologies pour améliorer la sécurité alimentaire dans le pays.

Le président américain se rendra lundi en Tanzanie, troisième et dernière escale de son périple d'une semaine en Afrique.

PLUS:pc