NOUVELLES

Une défense revampée

27/06/2013 04:56 EDT | Actualisé 26/08/2013 05:12 EDT


Un nouveau coordonnateur et son propre système, des ajouts expérimentés et des joueurs qui changent de position : la brigade défensive des Alouettes, en quête de rédemption, promet à tout le moins un renouveau.

Comparativement à l'attaque, presque identique à celle de 2012, le visage de la défense a changé pour la saison 2013, qui s'amorce jeudi soir, à Winnipeg.

« Pendant le camp, c'est les seules personnes que tu vois pendant trois semaines ou presque. Ça aide à les connaître, relativise le secondeur Marc-Olivier Brouillette.

« Ceci dit, c'est sûr qu'on va avoir des petits ajustements à apporter au niveau de la communication entre les joueurs. Mais l'avantage qu'on a, c'est de tous repartir à zéro. Donc le nouveau vocabulaire, on le construit ensemble. »

En 2012, Jeff Reinebold, à sa première saison au poste de coordonnateur défensif, a instauré un système à quatre secondeurs et trois joueurs de ligne. Un système basé sur l'intuition des joueurs. Un système qui a tardé à être intégré convenablement et qui, au final, lui a coûté son poste.

En fait, les Alouettes ont accordé plus de points qu'ils en ont marqués pour la première fois depuis 2007.

La pression sur le quart a fait défaut l'an dernier. Pour remédier à ce problème, le coordonnateur Noel Thorpe reviendra à un système à quatre joueurs de ligne.

« J'ai l'impression qu'on va être capable de mettre beaucoup de pression. On mise sur de bons athlètes et j'estime que la défense va être vraiment meilleure que l'année dernière », avance le centre-arrière Patrick Lavoie. Il a eu amplement le temps d'observer l'unité défensive dans le camp d'entraînement à partir des lignes de côté, lui qui se remettait d'une opération au dos.

Hebert change de poste

Derrière le front défensif, les Alouettes pourraient bien miser sur un des meilleurs trios de secondeurs de la Ligue canadienne.

Les vétérans Chip Cox et Shea Emry, dont l'efficacité n'est plus à prouver, seront désormais appuyés par l'athlétique Kyries Hebert. Le numéro 34, impressionnant à sa première année à Montréal en 2012, a accepté de quitter son poste de maraudeur pour mettre sa vitesse et sa puissance au profit de la ligne secondaire.

Sur la tertiaire, les Alouettes accueillent deux nouveaux-venus qui ne sont pas nés de la dernière pluie en Byron Parker et Geoff Tisdale. Parker cumule huit saisons d'expérience dans la LCF avec les Argonauts, les Eskimos et les Lions. Il a réussi 236 plaqués, dont 50 en 2011, et 29 interceptions.

Tisdale, lui, a disputé cinq saisons avec les Tiger-Cats et les Stampeders. Il a réussi un total de 198 plaqués et 17 interceptions. À sa meilleure saison, en 2010, il a cumulé 58 plaqués.

« Ils amènent beaucoup d'expérience et de leadership », commente Brouillette.

Les recrues doivent être prêtes

En plus des vétérans, les Alouettes accueillent quelques recrues, dont Mike Edem, maraudeur sélectionné au 1er tour au dernier repêchage, et Nicolas Boulay, choisi au 4e tour.

En Boulay, Brouillette a trouvé un dauphin québécois sur la ligne secondaire.

« J'ai essayé de le conseiller. Il s'est très bien intégré et une chance, car on s'attend à ce qu'il contribue dès cette année, rapporte Brouillette. Ce sera sur les unités spéciales au début, mais ce pourrait aussi être en défense. »

Brouillette sait très bien que les blessures, inhérentes au football, accélèrent la progression des réservistes.

« À ma première saison, j'ai été envoyé sur l'unité défensive dès le troisième match, le deuxième où j'étais en uniforme, à cause de blessures. J'avais réussi une interception dès ce match, mon premier à jouer en défense. »

Boulay aura à faire ses preuves. Tout comme la défense des Alouettes.

PLUS:rc