NOUVELLES

Les meilleurs coups et les pires échecs des 20 dernières années au repêchage

27/06/2013 07:52 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT

Quand le directeur de la centrale de recrutement de la LNH Dan Marr travaillait pour les Thrashers d'Atlanta en 2004, l'équipe a repêché Boris Valabik avec le 10e choix au total. Le joueur suivant sur leur liste était Travis Zajac.

Valabik a passé la majorité de sa carrière dans la Ligue américaine de hockey et en Europe, alors que Zajac a disputé sept saisons avec les Devils du New Jersey, qui l'ont sélectionné au 20e rang cette année-là.

«Ce sont des choses qui arrivent, a noté Marr. Avec le recul, le repêchage semble facile.»

Quand on analyse les sélections quelques années plus tard, certains choix font mal paraître les équipes alors que d'autres font passer les directeurs du recrutement pour des génies. En profitant pleinement du temps passé, voici cinq des meilleurs coups et des pires échecs au repêchage de la LNH au cours des 20 dernières années:

Bons coups

5. Jonathan Quick, 3e ronde (72e au total) en 2005, Kings de Los Angeles.

Qui se souvient de Pier-Olivier Pelletier et Kristofer Westblom? Ils sont des gardiens qui ont été choisis avant Quick, qui a une moyenne de buts alloués en carrière de 2,30 et un taux d'efficacité de ,929 et qui a remporté le trophée Conn Smythe la saison dernière, guidant les Kings vers le championnat de la Coupe Stanley.

4. Daniel Alfredsson, 6e ronde (133e au total) en 1994, Sénateurs d'Ottawa.

Un capitaine lors de 13 de ses 17 saisons dans la LNH, Alfredsson est le visage le plus connu chez les Sénateurs et a aidé l'équipe à atteindre la finale de la Coupe Stanley en 2007. Au cours de sa carrière, qui sera probablement immortalisée lors de son intronisation possible au Temple de la renommée, Alfredsson a inscrit 426 buts et 682 aides.

3. Henrik Zetterberg, 7e ronde (210e au total) en 1999, Red Wings de Detroit.

Le directeur général des Red Wings, Ken Holland, a été capable de faire le pont entre l'équipe étoile des années 1990 et celle qui a remporté les grands honneurs en 2008 grâce à des choix comme Zetterberg. Le Suédois a gagné le trophée Conn Smythe en 2008 et totalise 263 buts et 409 aides en 714 matchs de saison régulière avec les Red Wings.

2. Henrik Lundqvist, 7e ronde (205e au total) en 2000, Rangers de New York.

Choisir un gardien est une science encore plus inexacte que choisir un attaquant ou un défenseur, particulièrement quand il joue en Europe dans une ligue d'un calibre inférieur. Les Rangers ont frappé le gros lot avec Lundqvist en 2000. Le Suédois a fait sa place dans la LNH en 2005 et s'est rapidement imposé comme un des meilleurs gardiens au monde. Il a remporté le trophée Vézina en 2012 et était finaliste en 2013.

1. Pavel Datsyuk, 6e ronde (171e au total) en 1998, Red Wings de Detroit.

Un autre coup d'éclat de Holland, Datsyuk est considéré comme l'un des joueurs les plus talentueux de la LNH en compagnie de Sidney Crosby, Steven Stamkos, Alexander Ovechkin et Evgeni Malkin. En 11 saisons, il a inscrit 255 buts et 512 aides et a gagné le trophée Selke à trois reprises.

Échecs

5. Al Montoya, 1re ronde (6e au total) en 2004, Rangers de New York.

Montoya a brillé avec l'équipe de développement nationale américaine et à l'Université du Michigan, mais n'a jamais été en mesure de percer la formation des Rangers. Coincé dans les mineures jusqu'à ce qu'il fasse ses débuts dans la LNH en 2008 avec les Coyotes de Phoenix, Montoya a récemment été utilisé comme gardien réserviste par les Jets de Winnipeg.

4. Nikita Filatov, 1re ronde (6e au total) en 2008, Blue Jackets de Columbus.

Sélectionné tout juste après Alex Pietrangelo et Luke Schenn et tout juste avant Colin Wilson et Mikkel Boedker, Filatov est considéré comme un échec puisqu'il était considéré comme un franc-tireur excellant aussi en défensive. Un service de recrutement l'a déjà qualifié de «meilleure option après Steven Stamkos». Si Stamkos continue de remplir les filets de la LNH à un rythme effreiné, Filatov a complété son passage dans la LNH avec seulement six buts et huit aides en 53 rencontres. Il évolue présentement dans la Ligue continentale, en Russie.

3. Patrik Stefan, 1re ronde (1er au total) en 1999, Thrashers d'Atlanta.

On se souviendra de Stefan pour une gaffe qu'il a commise quand il portait les couleurs des Stars de Dallas. Seul devant un filet désert en fin de rencontre, il a perdu contrôle du disque avant de chuter sur la glace. Quelques secondes plus tard, les Oilers ont créé l'égalité. Stefan n'a pas connu une mauvaise carrière — 455 matchs, 64 buts, 124 aides — mais les Thrashers l'ont préféré à Daniel et Henrik Sedin.

2. Thomas Hickey, 1re ronde (4e au total) en 2007, Kings de Los Angeles.

Les Kings ont surpris plusieurs personnes en sélectionnant Hickey avant que Patrick Kane, James van Riemsdyk et Kyle Turris eurent été choisis. Les Kings ont préféré le défenseur offensif étoile des Thunderbirds de Seattle à Karl Alzner, Sam Gagner et Jakub Voracek. Alex Martinez et Vyacheslav Voynov l'ont dépassé au sein de la hiérarchie des Kings et il a finalement fait ses débuts dans la LNH avec les Islanders de New York en 2013.

1. Alexandre Daigle, 1re ronde (1er au total) en 1993, Sénateurs d'Ottawa.

Après avoir été choisi par les Sénateurs, Daigle a déclaré: «Je suis content d'avoir été le premier à être repêché parce que personne ne se souvient du deuxième». Sauf cette fois-là. Le défenseur Chris Pronger est devenu un des meilleurs joueurs de sa génération, gagnant les trophées Norris et Hart et la coupe Stanley. Daigle a inscrit seulement 129 buts et 198 aides en 616 matchs. Il a disputé son dernier match dans la LNH en 2006, à l'âge de 31 ans.

PLUS:pc