NOUVELLES

Le maire par intérim de Laval, Alexandre Duplessis, se dit victime d'extorsion

27/06/2013 09:17 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le maire par intérim de la Ville de Laval s'est de nouveau retrouvé sous les réflecteurs, jeudi, alors qu'il a dû réagir à des nouvelles publiées dans certains médias au sujet d'un présumé incident avec une prostituée.

Un porte-parole du maire par intérim Alexandre Duplessis s'est contenté de dire que celui-ci avait déposé une plainte pour extorsion.

«Le maire confirme qu'il y a eu tentative d'extorsion à son endroit. À la suite de cette tentative, il a immédiatement appelé les autorités policières, et c'est entre leurs mains en ce moment», s'est contenté de dire Pierre-Philippe Lortie.

M. Lortie a aussi refusé de confirmer la nouvelle publiée dans deux médias selon lesquels la plainte aux autorités policières a été provoquée par une dispute avec une escorte au sujet d'un paiement.

La Sûreté du Québec n'a pas été tellement plus loquace.

«Un individu qui aurait eu recours aux services d'une escorte, à la suite d'un litige en ce qui a trait au paiement, a déposé une plainte d'extorsion», a fait savoir Christine Coulombe, porte-parole de la SQ.

«Une enquête est en cours, mais aucune accusation n'a été déposée pour le moment. Le dossier sera soumis aux procureurs», s'est-elle contentée d'ajouter.

Mme Coulombe a refusé de confirmer que M. Duplessis était mêlé à l'affaire.

Citant des sources policières, la Société Radio-Canada a indiqué que la dispute aurait commencé quand l'une de deux femmes, une escorte et sa chauffeuse, a reconnu le maire. Selon la SRC, le maire aurait alors décidé d'annuler le rendez-vous sans payer, provoquant l'altercation.

PLUS:pc