NOUVELLES

Fermetures de magasins et pertes d'emplois pour Rona

27/06/2013 08:39 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT

Le quincaillier québécois Rona fermera 11 magasins à l'automne, en Ontario et en Colombie-Britannique, et éliminera environ 925 emplois dans le cadre de sa réorganisation pour être plus rentable.

« En nous concentrant sur nos activités stratégiques, nous ferons ressortir le plein potentiel de notre réseau et réinvestirons une partie importante des économies dans des initiatives qui nous permettront d'offrir encore plus à nos clients et à nos marchands affiliés et franchisés », a indiqué dans un communiqué le président et chef de la direction de Rona, Robert Sawyer, en poste depuis avril. 

En conférence de presse, la direction de Rona a précisé que 30 % des économies réalisées seront réinvesties notamment dans une politique de réduction de prix et de reconfiguration de certains magasins.

Pertes d'emplois supplémentaires

Déjà, l'entreprise avait annoncé en février la suppression de 200 emplois dans ses quatre centres administratifs, dont son siège social de Boucherville, dans la région montréalaise. Jeudi, Rona a indiqué que 125 emplois administratifs de plus seront éliminés et à ce nombre s'ajoutent 800 emplois, surtout à temps partiel, qui seront perdus avec la fermeture de 11 magasins.

Objectif : rentabilité

De plus, Rona compte réduire ses dépenses administratives, de marketing, de commercialisation et de distribution. Ainsi, le quincaillier espère des économies de 70 millions de dollars par an, qui devraient s'ajouter à celles de 40 millions, annoncées au début de l'année.

Ces nouvelles mesures se traduiront par une charge de restructuration, de dépréciation d'actifs non financiers et d'autres coûts, d'environ 95 millions de dollars avant impôts au deuxième trimestre. À ce montant, s'ajoutent 125 millions de dollars en lien avec la vente la semaine dernière de sa division du marché commercial et professionnel.

L'été dernier, Lowe's rêvait de Rona

L'an passé, le géant américain Lowe's a tenté sans succès d'acquérir Rona pour 1,76 milliard de dollars. L'offre avait été rejetée par le quincaillier québécois, les marchands indépendants de Rona. Le gouvernement du Québec, libéral à l'époque, était aussi opposé à la transaction.

Depuis, Rona a remercié, en novembre dernier, celui qui a été à la tête de l'entreprise pendant 20 ans, Robert Dutton.

PLUS:rc