NOUVELLES

Controverse autour d'une inspection chez Arrimage Québec

27/06/2013 08:07 EDT | Actualisé 27/08/2013 05:12 EDT

Arrimage Québec aurait refusé l'accès à ses installations à deux inspecteurs du ministère de l'Environnement du Québec. Leur présence faisait suite à un nouvel épisode de poussière signalé, mardi soir, par des citoyens de Lévis.

Deux inspecteurs se sont présentés le soir même pour constater les faits. L'entreprise Arrimage Québec a alors demandé aux inspecteurs de revenir le lendemain sous prétexte qu'ils n'avaient pas suffisamment de détails à fournir sur la plainte reçue.

La vice-présidente d'Arrimage Québec, Johanne Lapointe, se défend bien d'avoir empêché les inspecteurs de faire leur travail. « Ils se sont présentés chez nous et ils n'avaient pas de faits ou quoi que ce soit de tangible à nous présenter pour faire une inspection. On a toujours collaboré avec eux autres », affirme Mme Lapointe.

L'entreprise du port de Québec invoque aussi l'arrivée tardive des inspecteurs, deux heures après le nuage de poussière, pour justifier son refus de permettre l'accès à ses installations. « De toute façon, il n'y avait déjà plus de traces à 21 h le soir », affirme Mme Lapointe.

Arrimage Québec tient également à rappeler que l'entreprise n'est pas soumise à la réglementation québécoise puisqu'elle se trouve dans le port qui appartient au fédéral. « Au départ, il y a une question de juridiction. Les gens du ministère de l'Environnement sont sur un territoire fédéral. On a toujours dit que quand il y avait cause on collaborerait avec eux autres, mais manifestement mardi soir il n'y en avait pas », conclut Johanne Lapointe.

Arrimage Québec maintient que la poussière observée autour de 19 h, le 25 juin, est en fait un nuage de sable provoqué par les vents forts provenant de la plage de la Baie de Beauport. Des images ont été captées par les caméras du port de Québec.

Le ministère de l'Environnement a été saisi du dossier et une enquête est en cours.

PLUS:rc