NOUVELLES

L'ONU s'inquiète de la popularité des drogues de confection

26/06/2013 07:49 EDT | Actualisé 26/08/2013 05:12 EDT

VIENNE, Autriche - Une agence onusienne s'est inquiétée mercredi de la popularité grandissante de drogues de confection, qui sont parfois vendues ouvertement et en toute légalité mais qui peuvent aussi se traduire par des intoxications mortelles.

L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) rapporte toutefois que la consommation des drogues traditionnelles est demeurée relativement stable à travers le monde.

L'agence a prévenu, par voie de communiqué, que les nouvelles substances psychoactives (NSP) peuvent se révéler bien plus dangereuses que les drogues traditionnelles. Les noms «épice», «miaou miaou» et «sels de bain», ajoute l'agence, induisent les jeunes en erreur en leur faisant croire qu'ils s'adonnent à un plaisir quasi sans risques.

Le système de contrôle international des drogues doit désormais faire face à la rapidité et à la créativité du phénomène des NSP, a dit l'ONUDC.

Le nombre de NSP rapportées à l'ONUDC par les États membres est passé de 166 à la fin de l'année 2009 à 251 à la mi-2012. Il s'agit d'un problème difficile à régler, puisque de nouvelles variantes arrivent sur le marché dès que les autorisent interdisent un produit.

Près de 5 pour cent des résidants de l'Union européenne âgés de 15 à 24 ans ont déjà fait l'essai de NSP, a dit l'agence.

Aux États-Unis, ce sont 158 drogues synthétiques différentes qui ont circulé en 2012, soit deux fois plus que dans l'Union européenne. La consommation progressait rapidement en Asie orientale et du Sud-Est, y compris en Chine, en Indonésie, au Japon, aux Philippines, en Thaïlande et au Vietnam.

Globalement, la consommation de drogues traditionnelles, telles que l'héroïne et la cocaïne, semble être stable. En Europe, l'usage d'héroïne semble être en déclin. Par ailleurs, le marché de la cocaïne semble être en expansion en Amérique du Sud et dans les économies émergentes en Asie.

Le cannabis reste la substance illicite dont la consommation est la plus répandue. Tandis que la consommation de cannabis a clairement diminué chez les jeunes en Europe au cours des dix dernières années, une légère hausse de la prévalence des usagers a été constatée (180 millions, soit 3,9 pour cent de la population âgée de 15 à 64 ans) en comparaison avec les estimations précédentes datant de 2009.

L'ONUDC estime que la consommation de drogues illégales fait quelque 200 000 morts chaque année.

PLUS:pc