NOUVELLES

Le président égyptien admet avoir fait des erreurs et promet des réformes

26/06/2013 01:52 EDT | Actualisé 26/08/2013 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - Le président égyptien a admis mercredi qu'il avait fait des erreurs durant la première année de son mandat.

Lors d'un discours télévisé à l'approche d'une grande manifestation de ses opposants qui réclament sa démission, le président Mohammed Morsi a promis de présenter des réformes «rapides et radicales» des institutions de l'État. Il a insisté sur le fait qu'il avait été «juste» dans certains dossiers.

Les opposants du président veulent qu'il démissionne et convoque des élections anticipées, estimant que M. Morsi et les Frères musulmans dont il est issu monopolisent le pouvoir et ont échoué à résoudre les problèmes pressants de l'Égypte.

M. Morsi a prononcé son discours devant les ministres de son cabinet et de hauts responsables des Frères musulmans et de leur bras politique, le Parti de la liberté et de la justice. Plusieurs partisans étaient également présents dans la salle et ont interrompu le discours à plusieurs reprises avec des applaudissements et des chants.

Plus tôt mercredi, l'armée a annoncé qu'elle déployait des renforts près des grandes villes du pays. Ce mouvement de troupes montre que les autorités redoutent des affrontements et des actes de violence entre partisans et opposants du président durant la grande manifestation prévue dimanche.

Une personne a été tuée mercredi lors d'un affrontement entre camps politiques rivaux à Mansoura, dans le delta du Nil. Plus de 200 personnes ont également été blessées.

L'affrontement a commencé quand des opposants du président Morsi ont lancé des ordures sur des partisans qui se rassemblaient devant une mosquée pour organiser une marche de soutien au président.

À la tombée de la nuit, des milliers d'opposants de M. Morsi étaient rassemblés sur la célèbre place Tahrir, dans le centre du Caire, épicentre du soulèvement populaire de 2011 qui a renversé le président Hosni Moubarak. De la même façon, des opposants et des partisans du président se sont réunis dans des lieux distincts à Alexandrie.

Des affrontements ont aussi été signalés mercredi à Tanta, dans le delta du Nil. Il n'y aurait pas eu de victime.

Les affrontements entre partisans et opposants de M. Morsi se multiplient depuis quelques jours, à l'approche de la grande manifestation du 30 juin pour marquer le premier anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Mohammed Morsi.

Le chef de l'armée égyptienne, le général Abdel-Fattah el-Sissi, a prévenu le week-end dernier que l'armée ne laisserait pas l'Égypte s'enfoncer dans le chaos. Les deux camps ont interprété cette déclaration comme un témoignage d'appui à leur position respective. Les Frères musulmans pensent que l'armée pourrait intervenir pour préserver le gouvernement, tandis que les opposants sont convaincus que les soldats les protégeront des attaques des militants islamistes.

Les partisans du président prévoient quant à eux un grand rassemblement vendredi au Caire, pour la deuxième semaine consécutive. Lors du rassemblement de vendredi dernier, des militants islamistes ont déclaré devant la foule qu'ils allaient «écraser» les manifestants du 30 juin, qu'ils ont qualifiés de loyalistes du régime d'Hosni Moubarak.

PLUS:pc