NOUVELLES

La police brésilienne repousse des manifestants près d'un stade

26/06/2013 06:45 EDT | Actualisé 26/08/2013 05:12 EDT

BELO HORIZONTE, Brésil - Des dizaines de milliers de manifestants brésiliens qui tentaient de marcher vers un stade où se déroulait un match de la Coupe des confédérations ont affronté la police mercredi, qui a répliqué en tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

Les manifestants antigouvernementaux, qui dénoncent notamment les milliards de dollars investis dans les préparatifs de la Coupe du monde de soccer en 2014, ont récupéré des grenades de gaz lacrymogène et les ont renvoyées vers les policiers.

Un grand nuage de gaz a recouvert la foule à environ deux kilomètres du stade où le Brésil affrontait l'Uruguay en demi-finale de la Coupe des confédérations, à Belo Horizonte.

La police a érigé un périmètre de deux kilomètres autour du stade, une mesure habituelle lors des tournois internationaux. Des policiers à cheval et des unités anti-émeute gardaient une autre barrière de sécurité à environ un kilomètre du stade.

«Les manifestants ont déclenché l'affrontement quand ils ont tenté de franchir la barrière extérieure, a déclaré un responsable de la police, le capitaine Flavio Almeida. Nous n'avons pas eu d'autre choix que de répondre.»

Environ 50 000 manifestants s'étaient rassemblés plus tôt sur une place centrale de Belo Horizonte.

«Nous n'avons pas besoin de la coupe du monde, a affirmé Leonardo Fabri, un manifestant âgé de 19 ans. Nous avons besoin d'éducation, de meilleurs services de santé et d'une police plus humaine.»

Ailleurs au Brésil, la situation semblait plus calme que dans les jours précédents, en partie parce que le Congrès a abandonné un projet de loi qui a été l'une des causes des manifestations nationales. Des manifestations pacifiques ont été signalées dans la capitale, Brasilia, et à Recife, dans le nord-est du pays.

La chambre basse du Congrès a voté mardi par une écrasante majorité en faveur de l'abandon d'une mesure qui aurait limité les pouvoirs d'enquête des procureurs fédéraux. Les opposants estimaient que ce projet de loi aurait rendues plus difficiles les enquêtes sur la corruption impliquant des responsables politiques.

Le Congrès a également approuvé un projet de loi qui prévoit de consacrer 75 pour cent des redevances sur le pétrole à l'éducation et 25 pour cent aux services de santé.

PLUS:pc