NOUVELLES

Une analyse coûts-bénéfices de l'OIIQ démontre les avantages du baccalauréat

25/06/2013 12:09 EDT | Actualisé 25/08/2013 05:12 EDT

WESTMOUNT, Qc - L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) publie une analyse coûts-bénéfices largement favorable à la formation au baccalauréat pour la relève infirmière.

Selon le document, le système de santé québécois pourrait réaliser, entre 2019 et 2027, un gain d'efficacité allant de 930 millions $ à 1,31 milliard $ grâce à un effectif infirmier formé au baccalauréat. L'analyse va jusqu'à estimer que les bénéfices économiques pour la société québécoise pourraient se chiffrer entre 1,29 milliard $ et 4 milliards $.

Économiste à l'OIIQ et auteur de l'analyse, Pierre-Éric Langlois dit s'être basé sur une documentation internationale portant sur l'efficacité clinique des infirmières pour ensuite estimer la réduction des coûts qui y seraient reliés pour le système de santé ainsi que la société québécoise. Il cite, notamment, une recherche effectuée dans environ 800 hôpitaux répartis sur 4 états américains démontrant qu'une augmentation de dix pour cent du nombre d'infirmières bachelières occasionnait une diminution de cinq pour cent du nombre de décès.

Pour la présidente-directrice générale de l'OIIQ, Lucie Tremblay, ces chiffres démontrent clairement les avantages de la formation du personnel infirmier au baccalauréat et vient rassurer la population en présentant cette option comme un investissement. Elle affirme que face au vieillissement de la population, il est crucial d'agir en ce sens.

L'OIIQ a déposé une demande à l'Office des professions en juin 2012 afin que le parcours universitaire devienne obligatoire dès 2014. Un comité interministériel étudie présentement la question et devrait déposer ses recommandations l'automne prochain.

PLUS:pc