NOUVELLES

Un réseau clandestin de médecins soigne des Syriens à distance

25/06/2013 09:06 EDT | Actualisé 25/06/2013 09:06 EDT
AP

Un réseau clandestin de médecins, qui compte deux Canadiens, soigne des Syriens grâce à des connexions Internet secrètes.

Un groupe de cinq médecins clandestins, basés en Amérique du Nord, permet à des Syriens de sauver des vies dans leur pays. Le réseau aide des médecins et des infirmières syriennes à soigner des civils grâce à une connexion Internet clandestine.

Les médecins reçoivent les alertes par message texte qui sont envoyées sur deux comptes secrets. Ils ont permis de sauver des dizaines de Syriens depuis le début de l'année.

Les médecins canadiens soignent les patients à distance grâce à des caméras web installées au-dessus des lits des patients, qui se trouvent dans l'un des quatre sites clandestins situés dans la région contrôlée par l'armée syrienne libre.

Ils examinent ainsi les patients et prodiguent leurs conseils aux infirmières syriennes. Les spécialistes canadiens estiment avoir sauvé une trentaine de vies. Ils soignent de sévères traumatismes crâniens liés au conflit, mais également des tentatives de suicide et des arrêts cardiaques.

En plus de prodiguer des conseils techniques, la présence - même virtuelle - des médecins canadiens permet de remonter le moral des collègues syriens qui se sentent moins isolés.

Maher Saqqur est l'un de ces deux médecins qui ne ferment jamais son téléphone cellulaire. « Je veux les aider à toute heure du jour ou de la nuit », soutient le neurologue de l'Université de l'Alberta, qui continue d'assumer son poste régulier dans le réseau de la santé canadien.

Les deux années de conflit ont pratiquement détruit le système de santé syrien. Le nombre de médecins est passé de 5000 à 36 dans la plus importante ville du pays, Alep, au cours des deux dernières années. Médecins sans frontière accuse les troupes gouvernementales d'avoir tiré sur les ambulances, d'avoir bombardé les hôpitaux et persécuté le personnel médical.

Une dizaine de médecins européens s'apprêtent à joindre cette « ligne de front virtuelle », mais d'autres caméras doivent encore être cachées dans des hôpitaux syriens. Maher Saqqur est conscient qu'il s'agit d'une petite goutte dans l'océan des besoins de ses compatriotes, mais il est fier de participer à cet effort.

Le conflit syrien a fait plus de 90 000 morts depuis le début des hostilités.

INOLTRE SU HUFFPOST

Syria's Rebels In Their Former Lives