NOUVELLES

Les Palestiniens réservent un accueil grandiose à la nouvelle «Idole arabe»

25/06/2013 04:08 EDT | Actualisé 25/08/2013 05:12 EDT

GAZA, Territoire palestinien - Des foules en liesse ont réservé un accueil chaotique, mardi, au premier lauréat palestinien de l'émission de téléréalité «Idole arabe», envahissant le passage frontalier entre l'Égypte et la bande de Gaza et la maison du chanteur dans un camp de réfugiés de ce territoire palestinien.

La victoire de Mohammed Assaf a fait de lui un symbole de l'unité palestinienne, mais les divisions politiques sont rapidement réapparues à son retour dans la bande de Gaza, un territoire dirigé par le mouvement islamique Hamas.

«Mon message, c'est l'unité nationale et la fin des divisions», a déclaré le chanteur âgé de 23 ans lors d'une conférence de presse, en référence à la rivalité entre le Hamas et le Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, qui dirige la Cisjordanie.

«J'espère avoir unifié ma patrie à travers mes chansons», a-t-il dit au passage frontalier entre l'Égypte et la bande de Gaza.

Des milliers de personnes qui ont suivi l'émission de téléréalité tournée à Beyrouth ont attendu pendant des heures sous une chaleur écrasante dans l'espoir d'apercevoir la nouvelle idole arabe de la chanson. Les admirateurs se sont bousculés pour s'approcher du convoi de véhicules qui transportait Mohammed Assaf entre l'Égypte et la bande de Gaza, obligeant la Mercedes du chanteur à s'arrêter.

Des milliers d'autres personnes avaient encerclé la maison de Mohammed Assaf dans le camp de réfugiés de Khan Younès. De jeunes hommes dansaient dans la rue alors que des haut-parleurs diffusaient sa musique.

Le chanteur ne s'est pas arrêté dans le camp de réfugié et a plutôt été conduit dans un hôtel de la ville de Gaza, apparemment par crainte d'un mouvement de foule.

Plusieurs musulmans pratiquants, dont les membres du Hamas qui dirige la bande de Gaza depuis 2007, estiment que les concours de chanson comme «Idole arabe» sont interdits par la religion.

Le Hamas n'a donc pas accueilli Mohammed Assaf comme un héros. Mais les militants du mouvement ont évité de critiquer le chanteur ou l'émission de téléréalité, apparemment pour ne pas aller à l'encontre de l'opinion populaire.

Il n'y avait pas de drapeaux verts du Hamas mardi dans la foule qui attendait Mohammed Assaf au poste frontalier de Rafah et dans le camp de Khan Younès. La chaîne télévisée du Hamas, Al-Aqsa, n'a pas diffusé son retour.

Un responsable du ministère de la Culture dans la bande de Gaza a accueilli le chanteur au poste frontalier, mais le ministre était absent.

En contraste, le Fatah du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a bien fait voir sa présence. De nombreux partisans portaient le drapeau jaune du Fatah, tandis que la chaîne Palestine TV, loyale à M. Abbas, a diffusé le retour du chanteur en direct pendant des heures.

M. Abbas a félicité Mohammed Assaf pour sa victoire et l'a nommé ambassadeur honoraire. Le président palestinien a estimé que le chanteur avait «porté le message du peuple palestinien à la nation arabe par le biais de son art».

La famille du jeune homme a refusé de participer à toute dispute politique autour de la signification de sa victoire.

«Nous ne sommes pas une famille politisée», a déclaré la soeur du chanteur, Nisreen. «Nous sommes au milieu du chemin. Nous sommes contre les extrêmes.»

La chaîne Palestine TV a déclaré que Mohammed Assaf ne ferait pas de spectacle dans la bande de Gaza, mais le télédiffuseur MBC, qui a présenté l'émission «Idole arabe», a indiqué qu'il prévoyait donner des spectacles en Cisjordanie le mois prochain.

Mohammed Assaf prévoit aussi se rendre à Dubaï. Il a obtenu un contrat d'un an avec Platinum Records, la maison de disque possédée par MBC.

PLUS:pc