NOUVELLES

La SCHL prévoit une reprise des mises en chantier plus tard cette année

25/06/2013 09:29 EDT | Actualisé 25/08/2013 05:12 EDT

OTTAWA - La construction résidentielle devrait reprendre du rythme durant la deuxième moitié de 2013, mais le nombre total des mises en chantier demeurera inférieur à celui de l'an dernier, selon des prévisions rendues publiques mardi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Dans l'édition du deuxième trimestre de ses perspectives du marché de l'habitation, la SCHL affirme que le nombre annuel des mises en chantier d'habitations — incluant les logements individuels et les immeubles d'habitation — devrait osciller entre 173 300 et 192 500 en 2013. La prévision ponctuelle de l'organisme situe ce total à 182 900.

Il s'agit d'un recul de près de 15 pour cent comparativement aux 214 827 unités de 2012.

En 2014, les mises en chantier d'habitations devraient osciller entre 166 500 et 211 300, pour une moyenne de 188 900, en hausse de 3,3 pour cent par rapport à cette année.

L'agence prévoit également que le nombre de ventes de logements existants conclues par l'entremise du réseau MLS sera de 412 000 à 474 800 cette année, pour une moyenne de 443 400 unités, en baisse par rapport aux 453 372 de 2012.

Le nombre de ventes de logements existants sera de 435 800 à 501 400 en 2014, pour une moyenne de 468 600 unités.

La SCHL s'attend à ce que le prix MLS moyen oscille entre 359 400 $ et 380 000 $ cette année et entre 362 400 $ et 392 200 $ l'an prochain.

«Depuis le début de l'année 2013, on observe un taux de croissance mensuel moyen positif du nombre des ventes, des nouvelles inscriptions et des prix MLS», a affirmé Mathieu Laberge, économiste en chef adjoint à la SCHL.

«Cette situation fait suite à des reculs mensuels moyens durant les six derniers mois de 2012, a-t-il ajouté. Ce renversement de la tendance sur le marché de la revente devrait finir par se répercuter sur la tendance observée sur le marché du neuf, puisqu'il existe habituellement un décalage d'un à trois trimestres entre les conjonctures de ces marchés.»

Par ailleurs, la SCHL prédit que le ralentissement récent de la croissance économique réduira la demande de maisons existantes et neuves au Québec cette année.

Plus encore, la détente des marchés de la revente et les quantités relativement élevées de nouveaux logements disponibles feront diminuer les mises en chantier de façon significative, croit l'agence.

«Cela étant dit, des conditions d'emprunt toujours favorables ainsi que les tendances démographiques soutiendront la demande en 2014, moment auquel un regain de force de l'économie et un resserrement des marchés de la revente alimenteront les marchés d'habitation», a indiqué Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec.

En 2013, la croissance de l'emploi modérée, la détente continue du marché de la revente et la tendance au logement collectif réduiront à nouveau les mises en chantier de maisons individuelles au Québec, prévoit la SCHL. Ceci devrait se traduire par la mise en chantier de 14 200 maisons.

En 2014, le resserrement du marché de la revente devrait apporter du soutien et conduire à un bilan de 14 500 maisons individuelles.

PLUS:pc