L'acteur américain Jim Carrey a annoncé lundi qu'il n'assurerait pas la promotion de son dernier film, Kick-Ass 2, le jugeant beaucoup trop violent, à la lumière des récentes fusillades meurtrières aux États-Unis.

L'acteur de 51 ans a annoncé sa décision sur son compte Twitter, suscitant une réaction d'incompréhension de la part de producteur du film, dont la sortie est prévue le 16 août en Amérique du Nord.

"J'ai fait Kick-Ass un mois avant (la fusillade de) Sandy Hook et désormais, en toute conscience, je ne peux tolérer ce niveau de violence" écrit l'acteur, en référence à la fusillade dans une école de Newtown, qui avait fait 26 morts dont 20 enfants en décembre dernier.

"Toutes mes excuses aux autres personnes impliquées dans le film. Je n'ai pas honte (du film), mais les événements récents ont changé des choses dans mon coeur", ajoute-t-il sur Twitter.

L'acteur, qui n'évoque pas la possibilité de rendre son cachet ou de le reverser à une oeuvre de charité, se retire donc de la promotion du film, qui consiste essentiellement à assurer des premières et des conférences de presse.

Dans Kick-Ass 2, l'acteur du Truman Show interprète le Colonel Stars and Stripes, un ancien truand qui devient le chef d'une équipe de justiciers.

Le producteur exécutif Mark Millar, également auteur des bandes dessinées qui ont inspiré les deux films, a appelé Jim Carrey à revoir sa position.

"Jim est un défenseur passionné de la limitation des armes et je respecte ses opinions politiques et son opinion", écrit-il.

"Mais je suis dérouté par cette annonce soudaine, sachant que tout ce qui a été tourné était déjà dans le scénario il y a 18 mois. Il est vrai que le nombre de morts (dans le film) est très élevé, mais un film qui s'appelle Kick-Ass 2 se doit d'offrir ce que promet le titre".

"C'est sa décision, mais je n'ai jamais vraiment adhéré à l'idée que la violence dans la fiction conduit à la violence dans la vraie vie, pas plus que les sorts de Harry Potter ne créent des sorciers".

Jim Carrey avait publiquement exprimé son opinion sur les armes après le massacre de Newtown. Il avait alors écrit : "20 fusillades par an aux États-Unis. Vous êtes OK avec ça ? Moi non".

Loading Slideshow...
  • Dumb and Dumber: «Mocking Bird»

  • «Living Colour»

  • Jim Carey fait de l'exercice

  • «Living Colour»

  • Jim carey imite «Vanilla Ice»

  • «Imposter» par Snow

  • «Cable guy»: «Somebody to Love»

  • Jim Carrey confesse son amour pour Emma Stone

    En anglais.

  • «Creep»

  • «Man On The Moon»


Loading Slideshow...
  • 1981: La tentative d'assassinat de Ronald Reagan

    <blockquote>Le 30 mars 1981, le président Ronald Reagan et trois autres sont victimes d'une tentative d'assassinat perpétré par John Hinckley Jr. à la sortie du Washington Hilton Hotel à Washington. Le responsable presse de Reagan, Jim Brady, est grièvement blessé et restera paralysé. Cet épisode permettra de voter une loi plusieurs années plus tard <em>(voir photo suivante)</em>.</blockquote>

  • 1993: Adoption sous Clinton du "Brady Handgun Violence Act"

    <blockquote>Le "Brady Handgun Violence Act" de 1993, adopté sous la présidence de Bill Clinton, demande une vérification complète des antécédents de toute personne souhaitant acheter une arme à feu chez les revendeurs fédéraux. La loi est baptisée Brady en hommage à James Brady, abattu lors de la tentative d'assassinat du président Reagan.</blockquote>

  • 1994: Adoption sous Clinton du "Violent Crime Control and Law Enforcement Act"

    <blockquote>Signé également par le président Clinton, en 1994, cette loi interdit 19 types de fusils d'assaut, dont les fameux Uzis et AK-47. </blockquote>

  • 2004: Retour sur l'interdiction d'avoir une arme permettant de tirer plus de 10 coups sans reccharger.

    <blockquote>Dix ans après l'adoption de loi, le Congrès autorise à nouveau la détention de chargeurs "à haute capacité". Cette loi interdisait les chargeur permettant de tirer plus de 10 coups sans recharger afin d'obliger les éventuels tireurs à perdre du temps à recharger leur arme. Ce qui laissait le temps à la police d'intervenir, ou aux cibles de fuir.</blockquote>

  • 2007: Le district de Colombia autorise un agent de sécurité à ramener son revolver chez lui

    <blockquote>La Cour d'appel de Colombia autorise Dick Heller, un agent de sécurité, à ramener son arme chez lui. En effet, depuis la loi de 1975, il faut avoir un permis pour détenir une arme à feu dans le district de Colombia, sauf que la ville n’en délivre plus. Seules les personnes ayant obtenu un permis avant cette date sont donc autorisés à avoir une arme à la maison. Le cas de Dick Heller, qui a le droit de détenir une arme dans le cadre de son travail, est donc épineux. Le puissant lobby des armes défend Dick Heller qui finit par obtenir gain de cause. L'affaire sera ensuite portée au niveau de la Cour suprême.</blockquote>

  • 2008: Le "NICS Improvement Amendments Act"

    <blockquote>A la suite de la fusillade mortelle à dans une Université de Virginie, le congrès adopte une législation initiée par Carolyn McCarthy et John Dingel, et signée par George W. Bush, renforçant la loi Brady. En plus du casier judiciaire et autres antécédents concernant des délits, des données médicales individuelles doivent être centralisées afin de ne pas accorder le droit de porter une arme à une personne mentalement instable.</blockquote>

  • 2008: La Cour suprême tranche dans l'affaire Heller

    <blockquote>Dans l'affaire, "Heller contre Colombia", la Cour suprême instaure le droit fondamental à l'autodéfense et confirme que le Deuxième Amendement garantit un droit individuel de posséder une arme à feu non liée au service militaire. Le district de Colombia qui appliquait sa propre législation est donc dans l'illégalité.</blockquote>

  • 2011/2012: Fusillade de Tucson et Trayvon Martin

    <blockquote>Les partisans du contrôle des armes avait bon espoir que les efforts de réforme allaient s'intensifier après les événements tragiques ont récemment secoué le pays. <br>Une fusillade avait eu lieu janvier 2011 à Tucson en Arizona, durant une manifestation de la députée Gabrielle Giffords, tuant 6 personnes et en blessant 13 autres (dont la députée). Une fillette et un juge fédéral faisait partie des victimes. Le tireur a finalement plaidé coupable afin d'échapper à la chaise électrique et a été condamné à perpétuité sans possibilité de libération anticipée.<br> Autre fusillade très médiatisée: l'adolescent Trayvon Martin, un adolescent qui ne portait pas d'arme, a été abattu par George Zimmerman, qui faisait des rondes dans le quartier. En vertu de la loi sur la légitime défense et le droit à l'auto défense, le tueur n'a pas été arrêté ni inculpé. La suspicion d'un crime raciste reste d'actualité et les manifestations pour protester contre ce tueur en liberté se sont multipliées.</blockquote>

  • 2012: Colorado Movie Theater Shooting

    <blockquote>En juillet 2012, un tireur débarque à la séance de minuit du troisième Batman, à Aurora, une petite ville du Colorado. 70 personnes sont blessées et 12 tuées. Le tireur, <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/20/james-holmes-tueur-denver-colorado-portrait_n_1690131.html">James Eagan Holmes</a>, portait sur lui plusieurs revolvers et un AR-15, un fusil d'assaut capable de tirer 100 cartouches sans avoir à recharger.</blockquote>