NOUVELLES

Blanchiment: une banque libanaise paie 102 millions de dollars aux USA

25/06/2013 06:23 EDT | Actualisé 25/08/2013 05:12 EDT

Une banque libanaise proche du Hezbollah et accusée d'avoir blanchi de l'argent de la drogue aux Etats-Unis a accepté de verser 102 millions de dollars aux autorités américaines pour échapper aux poursuites, a annoncé mardi la justice new-yorkaise.

Sous le coup de sanctions américaines, la Lebanon Canadian Bank (LCB) était soupçonnée d'être impliquée dans un montage financier consistant à racheter des voitures d'occasion aux Etats-Unis, à les revendre en Afrique de l'Ouest afin, in fine, de blanchir de l'argent de la drogue au Liban, selon un communiqué d'un procureur de New York, Preet Bharara.

"La LCB a joué un rôle central dans ces circuits de blanchiment d'argent et a fait affaire avec certaines entités liées au Hezbollah" libanais, une organisation considérée comme terroriste aux Etats-Unis, a souligné le communiqué.

En acceptant de verser 102 millions de dollars, la LCB va échapper à d'éventuelles poursuites aux Etats-Unis. Selon le communiqué du procureur, la banque serait aujourd'hui dissoute.

"L'accord trouvé aujourd'hui montre que les banques qui blanchissent de l'argent pour le compte de terroristes et de trafiquants de drogue devront affronter les conséquences de leurs actes où qu'elles soient", a déclaré le procureur Bharara, cité dans le communiqué.

Début 2011, la Banque centrale du Liban avait défendu la LBC contre les accusations américaines en assurant que l'établissement respectait les règlements sur le blanchiment d'argent.

jt/sl/lor

PLUS:afp